Plus d’attention envers les femmes... goutteuses

Plus d’attention envers les femmes... goutteuses

28.06.2012
  • 1340885904361887_IMG_87087_HR.jpg

La prévalence de l’hypertension artérielle, de la maladie rénale chronique et de l’obésité serait beaucoup plus importante en cas d’hyperuricémie et/ou de goutte, notamment chez les femmes ; les rapports vont de 3 à 33 en fonction de la concentration sanguine en acide urique.

Au top, soit pour une uricémie supérieure ou égale à 10 mg/dl, les prévalences sont de 86 % et de 66 % respectivement pour la maladie rénale chronique (stade› ou égal à 2) et l’hypertension artérielle ; viennent ensuite l’obésité (65 %), le diabète de type 2 (33 %), l’infarctus du myocarde (23 %) et l’AVC (12 %).

Ces résultats ont été obtenus après analyse rétrospective de la cohorte National Health and Nutrition Examination menée aux Etats-Unis entre 2007 et 2008, soit 5 707 participants âgés de 20 ans ou plus. Les auteurs qui publient leurs données dans The American Journal of Medicine daté du 27 juin, ont comparé l’incidence de 9 comorbidités en fonction de la présence ou de l’absence de la goutte et des concentrations sériques d’acide urique.

Des incidences sur le traitement

Le traitement de la goutte et de l’hyperuricémie devrait prendre en considération ces associations morbides puisque les recommandations nutritionnelles préconisent une alimentation pauvre en protéines qui risque à l’inverse de privilégier les lipides saturés et glucides lesquels sont associés à un état d’insulinorésistance. Un cercle vicieux s’installe : l’hyperinsulinémie retarde l’excrétion urinaire d’acide urique et en conséquence augmente l’hyperuricémie.

De la même façon, le traitement de la goutte en cas d’hypertension artérielle associée (74 % des cas) devraient orienter vers des antihypertenseurs neutres sur l’uricémie, et favoriser certains inhibiteurs calciques aux dépens des diurétiques.

Enfin, ces associations qui apparaissent plus robustes chez les femmes et pourraient s’expliquer par un métabolisme différent de l’acide urique « féminin » doivent aussi inciter à prêter plus d’attention aux femmes hyperuricémiques.

Dr Anne Teyssédou-Mairé
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 15

Des files d'attente quatre jours par an pour prendre rendez-vousSous le feu des critiques, un ophtalmo gardois défend sa méthode Abonné

Le Dr Thierry Bangil, ophtalmologue à Pont-Saint-Esprit, organise une fois par trimestre une prise de rendez-vous pour le renouvellement de... 7

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter