Pharmacies : plus d’une officine ferme tous les trois jours en France

Pharmacies : plus d’une officine ferme tous les trois jours en France

14.06.2012
  • 1339677135357893_IMG_86089_HR.jpg

En 2011, 141 pharmacies d’officine ont fermé en France, soit plus d’une tous les trois jours. Une situation qui préoccupe naturellement le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP), présidé par Isabelle Adenot.

C’est majoritairement dans les zones où il y a déjà moins de pharmacies qu’ailleurs que certaines d’entre elles mettent la clé sous la porte. Par exemple, il y a environ une pharmacie pour 900 habitants dans le très chic 8e arrondissement de Paris, et une pour près de 4 000 habitants dans le populaire 19e arrondissement. « Les officines ferment cependant plus dans le 19e que dans le 8e », constate Isabelle Adenot qui se dit « convaincue » que le phénomène va s’accélérer au cours des prochaines années. En effet, elles ne ferment pas pour des critères de santé publique, « mais du fait d’une fragilité économique ».

Désaffection de l’Ordre

Ces officines restent cependant convenablement réparties sur le territoire national. « Il n’y a pas de désert pharmaceutique en France, nous restons la profession de santé la mieux répartie », se réjouit l’Ordre.

Autre souci d’inquiétude pour le CNOP, 26 % des pharmaciens diplômés depuis moins de trois ans ne sont toujours pas inscrits à l’Ordre. En 2010, ils n’étaient que 20 % à ne pas s’être inscrits. Isabelle Adenot y voit un risque : « Une profession qui n’assure pas son renouvellement est en danger », assure-t-elle.

Au 1er janvier 2012, 73 127 pharmaciens étaient inscrits au tableau de l’Ordre. Ils se répartissent en plusieurs sections. Les pharmaciens titulaires d’officine (27 733 inscrits), les pharmaciens d’officine adjoints (26 564), les pharmaciens biologistes (7 733), les pharmaciens de l’industrie (3 453), les pharmaciens de la distribution en gros (1 293), les pharmaciens des établissements de santé (5 994), et les pharmaciens des départements et collectivités d’outre-mer (1 629), qui rassemblent au sein d’une même section l’ensemble des métiers de la pharmacie.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
20.06.2012 à 06h46

« Et les pharmacies rurales alors.
Bon nombre de communes ont de moins en moins d'habitants et ce n'est pas rare de trouver une pharmacie dans un village de moins de 500 habitants qui, du fait de l'ex Lire la suite

Répondre
 
15.06.2012 à 12h29

« Mort programmée d'une profession et l'énarchie s'en moque car
tous les professionnels de santé sont des nantis et les énarques n'ont pas de problème pour se faire soigner. La situation a atteint un Lire la suite

Répondre
 
15.06.2012 à 07h50

« Pas de médecin en cambrousse = de moins en moins de pharmacie ! C'est vraiment simple à comprendre .
D' autre part, les banques ne prêtent plus qu'à ceux qui ont déjà de l'argent donc le " jeune" ne Lire la suite

Répondre
 
14.06.2012 à 19h51

« Mais, c'est évident. Plus personne ne paie. Je suis médecin, tous les jours des patients sont étonnés de devoir payer ma consultation. Ils pensent que la carte vitale est une carte de paiement. Le t Lire la suite

Répondre
 
14.06.2012 à 19h28

« C'est EXACTEMENT le même processus que pour les cafés bar brasseries, tenues jadis par ceux qu'on appelait "les bougnats".
les pharmacies sont victimes des grandes surfaces (en parapharmacie), des t Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter