Les urgentistes s’en prennent à l’EPRUS

Les urgentistes s’en prennent à l’EPRUS

18.05.2012
  • 1337355339350027_IMG_84087_HR.jpg

Absence de concertation avec les structures de soins, mauvaise utilisation des ressources humaines, risque de désorganisation des services d’urgence, inefficience globale du dispositif…L’association Samu Urgences de France ne mâche pas ses mots à l’encontre de l’Établissement de préparation et de réponses aux urgences sanitaires (EPRUS).

Un récent appel aux réservistes a fait bondir l’association. Depuis quelques semaines, l’EPRUS recherche pour cet été des médecins urgentistes et infirmiers « n’exerçant pas habituellement dans la zone Nord, Ile-de-France et dans les régions côtières touristiques », pour être mis à disposition de l’ARS Nord-Pas-de-Calais. Le but étant de renforcer si besoin les structures de soins concernées par un afflux de visiteurs envisagés du fait des jeux olympiques de Londres (27 juillet-12 août). « Ce dernier appel illustre la manière de faire de l’EPRUS qui consiste à concevoir les opérations sans aucune concertation avec les professionnels les plus directement concernés et ce même lorsqu’il y a du temps pour le faire », déclare au « Quotidien » le Dr Marc Giroud, président de SAMU Urgences de France. Dans un communiqué, l’association évoque les dernières opérations montées en Libye et à Brazzaville (Congo), « au mépris des bonnes pratiques médicales et organisationnelles appliquées jusque-là ».

Rencontre la semaine prochaine

« L’EPRUS est en soit une bonne idée mais sa mise en œuvre est totalement calamiteuse », considère le Dr Giroud. « Nous avions demandé la création de cette structure mais jamais nous ne pensions qu’elle fonctionnerait d’une manière si cloisonnée. Personne ne peut justifier un tel fonctionnement en autarcie de l’EPRUS qui devrait au contraire être très liée aux structures de soins », ajoute-t-il. Pour Samu-Urgences de France, le mode de fonctionnement actuel de l’EPRUS doit être « remis à plat », avec une gestion « distincte » des professionnels hospitaliers en activité et des réservistes non actifs, et ce « en lien avec les organisations professionnelles concernées ».

Sollicité par le « Quotidien », l’EPRUS ne souhaite pas entrer dans la polémique. « L’organisation même de l’EPRUS a changé un certain nombre d’habitudes dans le fonctionnement » des missions d’urgence sanitaires, commente Thierry Coudert, directeur général de l’EPRUS. « Certains aspects peuvent être améliorés dans la compréhension mutuelle, mais il n’y a pas de problèmes opérationnels pour les missions qui nous ont été confiées par le gouvernement. Nous avons toujours rempli ces missions dans les délais. Nous n’avons jamais posé de problème de désorganisation de service car les réservistes ne peuvent être envoyés qu’avec l’accord de leurs chefs de service. Certaines missions sont parfois dictées par une actualité brûlante. Dans ces cas-là, on ne peut pas prévenir les chefs de service trois semaines à l’avance, mais ils ont toujours la possibilité de dire non », ajoute Thierry Coudert qui rencontrera la semaine prochaine le Dr Giroud.

DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.05.2012 à 21h35

« Certains urgentistes considèrent le service d'urgence où ils travaillent comme leur service privé. D'ou la réaction actuelle de ceux-ci. »

Répondre
 
19.05.2012 à 05h00

« Le bon sens me semble du côté de l'EPRUS et de ceux qui l'ont conçu. Cette réaction "malthusienne" des urgentistes me rappelle celle des généralistes à l'égard de SOS Médecins. »

Répondre
 
18.05.2012 à 20h58

« En effet la création de l'EPRUS n'émane pas des urgentistes et l'on comprend leur réaction. Elle est le fruit d'une réflexion collective à partir de l'expérience des équipes multidisciplinaires -chi Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 15

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter