Marisol Touraine hérite d’un super ministère des Affaires sociales... et de la Santé

Marisol Touraine hérite d’un super ministère des Affaires sociales... et de la Santé

16.05.2012
  • 1337192805349481_IMG_83921_HR.jpg

Elle était l’immense favorite. Sans surprise, Marisol Touraine a été nommée ministre des Affaires sociales et de la Santé du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

En charge d’un large pôle « social, santé, handicap, personnes âgées » dans l’équipe de campagne de François Hollande, cette femme d’expérience, 53 ans, obtient très naturellement un maroquin au périmètre élargi puisque la Santé ne dispose pas d’un portefeuille autonome.

Députée d’Indre-et-Loire en 1997, battue en 2002 puis réélue en 2007, Marisol Touraine n’a jamais eu d’expérience ministérielle. Mais la fille du sociologue Alain Touraine, normalienne et agrégée d’économie, est une spécialiste des affaires sociales.

Secrétaire nationale du PS à la Solidarité et la protection sociale, elle a porté en 2010 le projet socialiste sur la réforme des retraites. Elle a été l’une des députées les plus en vue sur les bancs de l’opposition, ces dernières années, lors de la discussion des projets de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

Marisol Touraine n’a pas ménagé sa peine ces derniers mois. Devant la presse et les acteurs du secteur de la santé, cette proche de Pierre Moscovici a précisé sans relâche les propositions du nouveau chef de l’État sur l’encadrement des dépassements d’honoraires, l’évolution du financement de l’hôpital, l’abrogation de la convergence public/privé ou encore la réforme de la dépendance.

Le chantier prioritaire des dépassements

Marisol Touraine devrait s’atteler en priorité à la négociation avec les médecins de ville sur l’encadrement des dépassements tarifaires. Le président de la République a exprimé sa volonté de mettre un frein aux nouvelles implantations de praticiens en secteur II dans les zones surdotées et d’encadrer « fermement par spécialité et par région » les compléments d’honoraires. La négociation pourrait être lancée avant les élections législatives. Si elle n’aboutit pas, des mesures pourraient être intégrées dans le prochain PLFSS, examiné à l’automne prochain.

Pour améliorer la répartition des médecins sur le territoire, la nouvelle ministre de la Santé avait appelé de ses vœux un ensemble de mesures portant sur les études, les forfaits, les maisons de santé, la coopération, l’aménagement du territoire, les services publics sans oublier la mise en place de « centres de santé avec des médecins salariés ».

Sur la convergence tarifaire entre public et privé, Marisol Touraine s’est montrée inflexible : « Le même acte n’a pas le même coût selon la structure et la personne hospitalisée, a-t-elle assuré. Et certaines pathologies sont davantage traitées dans le public que dans le privé. Avec François Hollande, la fin de la convergence aura bien lieu ». Le nouveau chef de l’État a d’ailleurs indiqué vouloir y mettre un terme d’ici juin 2013.

Marisol Touraine a en revanche d’ores et déjà confirmé que la loi HPST ne serait pas abrogée. « Nous ne remettrons pas en cause les ARS, par exemple », a-t-elle ainsi déclaré pendant la campagne.

Retardée par Nicolas Sarkozy à des jours meilleurs, la réforme de la dépendance sera « une priorité » du gouvernement. Marisol Touraine a déjà annoncé que François Hollande ferait voter une loi-cadre sur le vieillissement et la dépendance. Ce dossier devrait être confié à Michèle Delaunay, médecin cancérologue,chargée des personnes âgées et de la dépendance.

Trois ministres délégués auprès de Marisol Touraine

- Michèle Delaunay, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes âgées et de la dépendance. Elle est l’une des trois médecins du gouvernements. Cancérologue, 65 ans, elle est députée de la 2e circonscription de Gironde.

Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la santé, chargée de la Famille. Née en 1954 à Paris mais a vécu les vingt premières années de sa vie en Seine-Saint-Denis au gré des postes occupés par ma mère, directrice d’école élémentaire. Agrégée d’histoire, elle entre au PS en 1988. Depuis 2001, elle est maire du 4e arrondissement et conseillère de Paris.

Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la santé, chargée des Personnes handicapées. L’ancienne députée européenne, 60 ans, conseillère générale des Bouches-du-Rhône depuis 1998, s’est distinguée par sa farouche opposition au président du département PS Jean-Noël Guérini. Elle affirme que le moteur de son engagement à gauche est le «  combat » pour l’égalité hommes-femmes, «  contre les discriminations, contre toutes les intolérances » et veut «  faire entendre la voix du Sud, de Marseille » au gouvernement.
> L.A.
 CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
17.05.2012 à 16h08

« En faisant comme leurs amis socialistes de Grèce et d'Espagne, on peut être très inquiets. Médecin généraliste retraité. »

Répondre
 
17.05.2012 à 12h54

« Demain, la médecine de proximité, accessible facilement et à un coût divisé par trois par rapport à l'hôpital, à efficience identique, va disparaître. Puis, il faudra aller faire votre médecine ambu Lire la suite

Répondre
 
17.05.2012 à 10h14

« MT, suffisante et sectaire, à l'image de P Moscovici, va réduire la médecine à un salariat.... avec la complicité de quelques syndicats zélés !!! Enfin on aura les mêmes horaires qu'à la Poste ! et Lire la suite

Répondre
 
17.05.2012 à 09h23

« Le déconventionnement va devenir une réponse ou le déménagement au Québec... »

Répondre
 
17.05.2012 à 09h03

« Elle pensera peut-être à revaloriser les retaites des médecins et les honoraires des orthophonistes qui n'ont pas augmentés depuis... 8 ans ; merci aux précédents ministres »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 25

Dix cliniques ferment par an : la FHP dénonce le « goût amer » du quinquennat Touraine

clinique

Lamine Gharbi ne regrettera pas Marisol Touraine au ministère de la Santé. À un mois du premier tour de la présidentielle, le patron de la... Commenter

Implants mammaires : la FDA recense 359 cas de lymphomes (LAGC) dont 9 décès

implants mammaire

L'agence américaine des médicaments (FDA) a reçu, au 1er février 2017, 359 notifications de lymphomes anaplasique à grandes cellules (LAGC)... Commenter

Baisse des forfaits dialyse : les néphrologues libéraux et la FHP consternés

dialyse

« Consternation », « inégalité et inquiétude ». Tels sont les mots du Syndicat des néphrologues libéraux (SNL) pour décrire la baisse des ta... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter