Grenoble : le personnel de l’hôpital manifeste pour plus de sécurité

Grenoble : le personnel de l’hôpital manifeste pour plus de sécurité

04.05.2012

Près de 80 membres du personnel de l’hôpital de Grenoble ont fait aujourd’hui un sit-in devant le service des urgences en soutien à leurs collègues violemment agressés dimanche.

  • 1336147713346836_IMG_83296_HR.jpg

« Nous sommes choqués, mais également en colère suite à ces actes honteux qui visent le monde de la santé. Nous sommes là pour soigner les gens et non pour nous prendre des coups », a déclaré Anne-France Jallais, infirmière aux urgences, alors que plusieurs dizaines de membres de l’hôpital de Grenoble manifestaient en soutien à leurs collègues victimes de violence dimanche 29 avril.

Rassemblés à l’entrée des urgences, infirmiers, médecins et aides soignants vêtus de blouses blanches tenaient des pancartes indiquant : « On n’est pas des cibles » ou encore « Stop violence ». « Il y en a assez de cette violence. C’est quotidiennement que nous sommes soumis à des pressions psychologiques de la part des familles, que nous recevons des coups, des crachats, des menaces de mort, que nous sommes insultés », a poursuivi Anne-France Jallais.

Un service de sécurité 24H/24

« Nous demandons un service de sécurité 24H/24 et suffisamment nombreux pour éviter les intrusions, un lien direct avec la police et le rétablissement des équipes chargées des relations avec les familles qui ont été supprimées faute de moyens », a renchéri le Dr Almuth Schleiermacher.

Dimanche vers 18H00, entre quatre et six personnes ont fait irruption aux urgences de l’hôpital de Grenoble pour agresser un médecin dans son bureau. Trois personnes et le médecin ont fait l’objet d’incapacités temporaires totales (ITT) de travail dont deux d’entre eux supérieures à huit jours.

Un médecin d’une équipe du Smur a par ailleurs reçu un coup-de-poing au visage, mercredi soir, dans un camp de Roms situé à proximité du CHU alors qu’une altercation avait éclaté entre les pompiers et les gens du voyage.

S. H.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
odile m Médecin ou Interne 06.05.2012 à 07h20

« On ne peut pas mettre des policiers partout. Là encore, il s'agit d'un problème d'éducation. Raz le bol des agressions, des RDV non honorés, des tenues incorrectes lors des consultations, du manque Lire la suite

Répondre
 
04.05.2012 à 19h25

« Quel courage ! BRAVO. Je me rappelle encore de ma propre agression au service des urgences. J'en garde encore des séquelles. J'ai dû reprendre mon service car il faut bien gagner son pain et honnête Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les dépassements rétablis à l'hôpital, une « insulte à la démocratie » selon les usagers

depassement

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers) s'offusque de la récente ordonnance rétablissant officiellement les dépassements... 9

Les consultations avancées de médecine générale par les hôpitaux ulcèrent la FMF

fmf

L'organisation par certains hôpitaux de consultations de médecine générale hors les murs de l'établissement, comme à Maubeuge (Nord), fait... 3

Gare au risque cardiovasculaire pendant la vague de froid, prévient la Fédération française de cardiologie

froid

Alors que la vague de froid s'étend ce mercredi à la quasi-totalité de la France, les appels à la vigilance se multiplient. La Fédération... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter