Les biologistes demandent au prochain président de préserver leur indépendance

Les biologistes demandent au prochain président de préserver leur indépendance

03.05.2012
François Hollande et Nicolas Sarkozy ont répondu au syndicat des biologistes, inquiet de l’avenir des laboratoires et soucieux de préserver le caractère médical de leur profession.
  • 1336054755346256_IMG_83188_HR.jpg

Le Syndicat des biologistes (SDB) a interpellé les deux candidats finalistes de la présidentielle et diffusé leur réponse, afin que « les 350 000 patients qui fréquentent chaque jour l’un des laboratoires de biologie médicale et les 10 000 biologistes médicaux tiennent compte dans leur vote, du système de santé qu’ils veulent pour demain ».

Dans une lettre signée par son président François Blanchecotte, le SDB demande à François Hollande et Nicolas Sarkozy de protéger les laboratoires de proximité « attaqués par des fonds spéculatifs » et de préserver leur indépendance. Il leur demande aussi de reconnaître la biologie médicale comme profession médicale à part entière et de finaliser la réforme de la biologie médicale, initiée avec l’ordonnance du 13 janvier 2010, mais interrompue dans son circuit législatif par la vacance du Sénat. « Le syndicat des biologistes attend du futur président de la République un engagement fort en faveur de ces grands principes », souligne François Blanchecotte.

Une réforme bloquée au Sénat

Rappelant son engagement en faveur de l’accès aux soins, François Hollande a indiqué « tout naturellement souscrire aux principes de proximité, d’indépendance et de cohérence » des biologistes. « Il est cohérent que la biologie médicale reste une activité à caractère médical. Le biologiste doit être un acteur de la prise en charge et contribuer au diagnostic, même si des progrès doivent être faits dans les processus d’analyse », précise le candidat socialiste.

De son côté, Nicolas Sarkozy, via son directeur de campagne Guillaume Lambert, met en avant l’ordonnance du 13 janvier 2010, qui doit « servir de socle à cette réforme », mais rend responsable le Sénat de l’arrêt du processus législatif. « La majorité socialiste du Sénat n’a pas souhaité pour l’heure inscrire ce texte à son ordre du jour comme le souhaitait le Gouvernement », écrit M. Lambert. « Nicolas Sarkozy tient à vous confirmer que sa volonté reste intacte. Sur tous les points que vous mettez en avant, il souhaite que les réformes aboutissent le plus rapidement possible après les élections », conclut-il.

 C.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 6

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter