Présidentielle : les deux candidats ont chacun leur « boulet », selon les spécialistes de la CSMF

Présidentielle : les deux candidats ont chacun leur « boulet », selon les spécialistes de la CSMF

25.04.2012
Le syndicat n’a pas de favori pour l’Elysée. Il accueille positivement la position des deux candidats sur la liberté d’installation et le paiement à l’acte.
  • 1335366075345458_IMG_83004_HR.jpg

L’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF) n’a pas de préférence entre les deux derniers prétendants à l’Élysée. « Les deux candidats ont chacun leur boulet, commente son président, le Dr Jean-François Rey. François Hollande, veut limiter l’installation en secteur II en zone surdense. Nicolas Sarkozy, lui, continue de défendre la loi Bachelot ».

Les candidats PS et UMP marquent toutefois quelques bons points, selon le leader syndical : ils sont d’accord pour préserver la liberté d’installation et maintenir le paiement à l’acte, deux piliers de la médecine libérale.

« Le scandale, ce ne sont pas les dépassements »

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy comme François Hollande reconnaissent qu’il faut « sortir du tout hôpital ».

« Comme cela a été fait il y a quelques années pour diminuer les déplacements injustifiés à domicile, il faut limiter le recours aux urgences et les consultations à l’hôpital quand elles peuvent avoir lieu en médecine de ville », affirme Jean-François Rey.

Le président de l’UMESPE s’est dit « irrité » par la récente campagne médiatique dénonçant les dépassements d’honoraires : « On pointe les 1 à 2 % des médecins qui ont une activité privée à l’hôpital. Le scandale, ce ne sont pas les dépassements mais les tarifs des 98 % de médecins spécialistes libéraux qui sont très en dessous de la moyenne européenne ». L’UMESPE se déclare prête à travailler avec le futur chef de l’État… quel qu’il soit.

 CH.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
26.04.2012 à 16h04

« Pourquoi ne pas avoir communiqué ou opposé un article aux accusations contre les dépassements d'honoraires qui auraient empêché les Français d'accéder aux soins? Je n'ai vu personne nous défendre ! Lire la suite

Répondre
 
26.04.2012 à 03h38

« Bien merci, alors, l'abstention est, dans ce cas, le meilleur choix ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter