Le point G acquiert un statut anatomique

Le point G acquiert un statut anatomique

25.04.2012

Hypothétique puis insaisissable, le point G a suscité des débats enflammés. Il a maintenant une existence anatomique, puisqu’Adam Ostrzenski annonce l’avoir disséqué sur le cadavre frais d’une femme de 83 ans.

Pendant des siècles, les femmes ont fait état d’un gonflement de la partie supérieure du vagin antérieur au cours de l’excitation sexuelle. En 1950, Ernest Gräfenberg illustrait pour la première fois cela, en publiant ses travaux sur « le rôle de l’urèthre dans l’orgasme féminin ». Ainsi nommé en raison de l’initiale du nom de celui qui l’a décrit, le point G avait par la suite et pendant longtemps continué à être considéré comme un simple concept d’un phénomène qui exprimait des expériences sexuelles personnelles chez les femmes. L’absence d’identification d’une structure anatomique avait été à l’origine de longues controverses.

Au cours de ces dernières années, les données scientifiques étayant la présence physique du point G se sont accumulées. Un gène a été identifié en 2008, il fait même partie des sondes ADN incluses dans des puces à ADN. L’enregistrement des activités électriques du vagin (électrovaginogramme) a documenté l’existence d’un pacemaker dans la paroi antérieure du vagin, d’où sont propagées des ondes électriques. En 2004, un auteur a estimé que ce centre de stimulation et le point G ne font qu’un.

Maintenant, pour la première fois, un anatomiste présente la réalité anatomique du point G. Adam Ostrzenski de l’Institut de gynécologie de Saint-Pétersbourg, a conduit une dissection stratum par stratum, de la paroi antérieure du vagin sur le cadavre frais d’une femme de 83 ans décédée la veille d’un traumatisme crânien.

La dissection établit « la présence d’une structure bien délimitée, située sur la membrane périnéale, à 16,5 mm de la partie supérieure du méat uréthral, faisant un angle de 35° avec le bord latéral de l’urèthre. » Le point G est identifié comme un sac dont les parois sont formées en une sorte de tissu fibro-conjonctif. Ostrzenski est parvenu à cette observation en réalisant une dissection par un procédé différent des procédures gynécologiques usuelles. « Cette structure a été facile à observer et apparaît bien délimitée. »

La documentation anatomique apportée par cette étude indique la présence des glandes de Skène péri-uréthrales et de conduits de Skène para-uréthraux, situés entre la partie inférieure de l’urèthre et la partie supérieure du vagin, et qui forment en fait ce qui a été désigné sous le terme de point G.

Pour Ostrzenski, « il paraît raisonnable d’accepter la notion que les femmes sont équipées anatomiquement d’un point G, situé sur la paroi antérieure du vagin et qui est sensible à la stimulation. »

Les résultats de cette étude devraient avoir un impact significatif sur la pratique et la recherche cliniques.

Journal of Sexual Medicine, 25 avril 2012; doi 10.1111/j.1743-6109.2012.02668.x

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
26.04.2012 à 03h26

« Allons plus loin : pouvez-vous expliquer le phénomène de la femme fontaine par ces découvertes ou par d'autres ? »

Répondre
 
25.04.2012 à 22h55

« Dommage qu'il ait fallu attendre le décès d'une dame de cet âge là pour s'intéresser anatomiquement au point G ! Espérons que l'étude se poursuivre par un approndissement de la question des femmes f Lire la suite

Répondre
 
25.04.2012 à 20h12

« Intéressant. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Brève

Présidentielle : le monde de la Recherche appelle à voter contre Marine Le Pen

le pen

Neuf dirigeants des principaux organismes publics de recherche ont appelé ce 27 avril « à voter contre » Marine Le Pen au second tour de... 2

À Belle-Île-en-Mer, François Hollande lance les travaux de reconstruction de l'hôpital

hollande

François Hollande a lancé officiellement, ce vendredi, la reconstruction de l’hôpital Yves-Lanco, à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), la plus... 1

Allergies alimentaires : les allergologues réclament des moyens

« Les allergies alimentaires constituent aujourd’hui la deuxième vague d’augmentation des allergies après celle des allergies respiratoires... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter