Anders Breivik juge les psychiatres

25.04.2012
Au neuvième jour de son procès, Anders Behring Breivik jugé pour la mort de 77 personnes en Norvège était invité à s’exprimer sur la question-clé de sa santé mentale. Il accuse les psychiatres d’avoir, sous le coup de l’émotion, inventé le contenu de leur expertise.
  • 1335367914345499_IMG_83010_HR.jpg

« Ce sont des inventions mal intentionnées », a déclaré Anders Behring Breivik à propos des passages de l’expertise psychiatrique qui avait conclu l’an dernier qu’il était psychotique. « Ce n’est peut-être pas mal intentionné mais c’est en tout cas faux », a-t-il ensuite ajouté. Mandatés par le tribunal d’Oslo pour examiner sa santé mentale, les psychiatres Synne Soerheim et Torgeir Husby avaient conclu en novembre dernier que Breivik souffrait de « schizophrénie paranoïde », un diagnostic plaidant pour un internement psychiatrique plutôt que la prison.

L’extrémiste de droite jugé pour la mort de 77 personnes a estimé que « 80 % du contenu des entretiens (sur lesquels les psychiatres se sont appuyés pour tirer leurs conclusions, ndlr) est inventé ». Selon lui, les deux experts se sont fait un avis « très tôt » et ont conduit leurs travaux en vue d’étayer leur opinion. « Ils étaient émotionnellement sous le coup (des attaques du 22 juillet 2011, ndlr) et il leur manquait des compétences pour évaluer un auteur de violences politiques », a-t-il affirmé. « Si j’avais lu la description de la personne décrite (dans leur rapport, ndlr), j’aurais été d’accord : cette personne relève d’un hôpital psychiatrique », a-t-il souligné avant d’ajouter : « La personne décrite dans ce rapport, ce n’est pas moi. »

Idéologie islamophobe.

L’homme de 33 ans avait déclaré avant le procès qu’un internement psychiatrique serait, pour lui, « pire que la mort ». Mercredi, il a répété ne pas vouloir « finir dans un asile » et évoqué la lettre d’un militant nationaliste suédois qui a décrit son propre traitement dans un hôpital psychiatrique comme « une lobotomie chimique ». Celui qui se dit en guerre contre « l’islamisation » de l’Europe veut être reconnu sain d’esprit et donc responsable du massacre des 77 personnes perpétré au nom de son idéologie islamophobe.

« Si j’avais été un jihadiste barbu, je n’aurais pas fait l’objet d’une expertise psychiatrique du tout », avait-il affirmé devant la Cour lundi . « Mais parce que je suis un militant nationaliste, je suis exposé à un grave racisme », a-t-il poursuivi. « Ils essaient de "délégitimer" tout ce en quoi je crois ».

Une deuxième expertise psychiatrique réalisée à la demande de la justice norvégienne a, elle, conclu que Breivik ne souffrait d’aucune pathologie psychiatrique. La commission médico-légale norvégienne chargée d’examiner la validité des expertises a demandé cette semaine un complément d’information aux experts, jugeant que leur rapport contenait quelques insuffisances. Les questions sur la santé mentale de Breivik, au cœur du procès, devront être tranchées lors du verdict attendu en juillet.

Le 22 juillet 2011, Breivik avait tué 69 personnes en ouvrant le feu sur des centaines de jeunes travaillistes réunis pour un camp d’été sur l’île d’Utoeya, juste après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, faisant huit autres victimes. Le tueur a qualifié son geste d’ « attaques préventives contre les traîtres à la patrie ».

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
26.04.2012 à 03h36

« Souvent les psychiatres varient, bien fol qui s'y fie ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Tiers payant généralisé : les complémentaires santé planchent dès lundi sur une solution technique

Les trois principales fédérations de mutuelles (FNMF), d’institutions de prévoyance (CTIP) et d’assureurs (FFSA) se réunissent pour la... 8

Opposition à la loi de santéLa Bretagne se prépare à des grèves tournantes de médecins Abonné

Opposition à la loi de santé - La Bretagne se prépare à des grèves tournantes de médecins-1

Le département s’organise en collectifs territoriaux et prévoit des grèves tournantes de médecins libéraux. Cette idée pourrait faire des... 2

Dépakine : l’ANSM rappelle encore les nouvelles conditions de prescription et de délivrance

L’Agence nationale du médicament (ANSM) est revenu ce matin lors d’une conférence de presse sur les nouvelles conditions de prescription et... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter