Accès aux soins : les candidats répondent à la Mutualité et à la FHP

Accès aux soins : les candidats répondent à la Mutualité et à la FHP

19.04.2012
Les prétendants à l’Élysée se sont expliqués sur leurs engagements en matière de protection de sociale, de rémunération des médecins, de maîtrise des dépenses...
  • 1334855993343420_IMG_82487_HR.jpg

Déficit de la sécu, dépendance, baisse des remboursements, droit universel à une complémentaire, La Mutualité Française avait interpellé fin mars les candidats à la présidentielle. À l’exception de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, tous ont répondu.

Au sommet, c’est François Hollande qui se montre le plus favorable aux mutuelles qu’il juge « indispensables pour accéder aux soins ». S’il ne se prononce pas clairement pour la suppression des taxes qui les affecte, il s’engage à introduire une distinction entre « contrats solidaires et responsables et les autres » avec une taxation graduée selon leur nature. Il prône aussi la contractualisation des mutuelles avec les professionnels de santé pour favoriser l’accès aux soins.

Nicolas Sarkozy a de son côté défendu son action : grâce au relèvement du plafond de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), 1 million de Français pourraient bénéficier du dispositif d’ici la fin de l’année 2012, estime-t-il.

C’est aussi la continuité qui prime dans le dossier des comptes de l’assurance-maladie : le président sortant entend poursuivre sa politique de maîtrise des dépenses, à l’hôpital grâce à « la rationalisation de leurs investissements » et en ville via « les contrats d’amélioration des pratiques professionnelles ». Il ajoute vouloir « repenser le système de financement de notre protection sociale », en l’appuyant davantage sur la TVA sociale. À front renversé, le candidat socialiste veut revenir sur « certaines niches fiscales » et « engager le rapprochement » entre contribution sociale généralisée et impôt sur le revenu.

Divergence sur la rémunération des médecins

Interpellés par ailleurs par la fédération de l’hospitalisation privée (FHP), Nicolas Sarkozy et François Hollande se rapprochent sur la question des déserts médicaux en se prononçant pour le développement des pôles de santé de proximité ou pluridisciplinaires. Mais leurs positions divergent sur la rémunération des médecins.

Le candidat socialiste souhaite l’encadrement des dépassements d’honoraires par spécialité et par région tandis que le président sortant, lui, préfère le secteur optionnel - auquel la FHP est favorable. Nicolas Sarkozy affiche sa volonté de confier des missions de service public au privé, tandis que François Hollande veut reconnaître la spécificité de l’hôpital public. Le clivage est aussi très net sur la convergence tarifaire, engagée par Nicolas Sarkozy, décriée par l’opposition.

 C.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter