La répartition des infirmiers sur le territoire s’est améliorée, selon l’Assurance-maladie

La répartition des infirmiers sur le territoire s’est améliorée, selon l’Assurance-maladie

05.04.2012
Si l’Assurance-maladie reconnaît que les professionnels de santé sont encore mal répartis sur le territoire (avec des écarts de densité pouvant aller de 1 à 9 pour les infirmiers libéraux), elle se félicite de l’impact des mesures qui ont déjà été prises.
  • 1333633266339648_IMG_81565_HR.jpg

En conditionnant l’installation en zones sur-dotées au départ préalable d’un autre infirmier, l’avenant 1 à la convention infirmière (entré en vigueur en avril 2009) a permis une progression significative des installations dans les zones très sous-dotées (+ 33,5 %), et une diminution des effectifs de 2,9 % dans les zones sur-dotées. Un tel résultat a amené l’Assurance-maladie à renforcer ce dispositif, jusque-là expérimental, en doublant le nombre des zones dans lesquelles une régulation à l’installation est nécessaire. Selon ses prévisions, cette mesure devrait réduire significativement les disparités démographiques. À fin 2015, la densité infirmière devrait passer à 115 infirmiers pour 100 000 habitants dans les zones très sous-dotées (contre 85 aujourd’hui), et à 171 dans les zones surdotées (contre 192 actuellement).

L’Assurance-maladie a proposé des mesures conventionnelles du même type aux masseurs-kinésithérapeutes et aux sages-femmes : une incitation à l’installation et au maintien dans les zones très sous-dotées, et une régulation des installations dans les zones sur-dotées.

Pour les médecins, aucune mesure de régulation des installations n’est pour le moment prévue. Frédéric van Roekeghem, patron de l’Assurance-maladie, a cependant rappelé que l’avenant 20 à la précédente convention, (signé en janvier 2005), et prévoyant une majoration d’honoraires de 20 % pour les médecins exerçant en groupe dans une zone sous-dotée « coûte cher » (17 000 euros en moyenne par médecin et par an), même si elle ne concerne qu’environ 800 médecins. « Il faut faire évoluer cette aide à l’activité vers une aide à l’installation », plaide-t-il. La nouvelle convention prévoit des majorations d’honoraires de 10 % pour les médecins exerçant en groupe en zones sous-dotées, et de 5 % pour ceux qui y exercent sans être regroupés.

 H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... Commenter

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 40

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter