Retraite des PU-PH : le SNPHAR-E propose une remise à plat

Retraite des PU-PH : le SNPHAR-E propose une remise à plat

02.04.2012
Le syndicat réfute les accusations parues dans le dernier ouvrage d’Odile Plichon, qui met en cause les praticiens hospitaliers. Il se dit prêt à revoir le système de retraite hospitalo-universitaire.
  • 1333381062338279_IMG_81220_HR.jpg

Le « livre noir des médecins stars », en librairie depuis quelques jours, n’a pas tardé à faire réagir la communauté médicale. Le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi (SNPHAR-E) dénonce par voie de communiqué la façon dont l’auteur rend compte de l’accord-cadre signé en début d’année, qui revalorise la retraite perçue par les médecins hospitalo-universitaires.

Odile Plichon, journaliste au « Parisien », affirme dans cet ouvrage que les PU-PH et MCU-PH ont reçu de Xavier Bertrand un privilège négocié en catimini : depuis le début de l’année, les hospitalo-universitaires ne cotisent plus sur leurs seuls revenus universitaires, mais également sur leurs émoluments hospitaliers. L’accord-cadre qui a entériné le dispositif a été « finalisé dans le plus grand secret », et conduit à une revalorisation de 32 % des retraites des « HU ».

« Une autre disposition de ce décret, tout aussi secrète, est plus généreuse encore : elle prévoit de revaloriser - certes dans un degré moindre - la retraite des PU-PH ayant... une activité libérale! », écrit Odile Plichon, qui estime que « le nouveau système coûtera plus de 30 millions d’euros par an au budget de la nation ». « Les signataires ont accepté de faire tout leur possible pour ne pas ébruiter la nouvelle de ce beau cadeau avant l’élection présidentielle », ajoute la journaliste.

Des « buzz journalistiques »

Réaction agacée du SNPHAR-E : « Dans la catégorie des buzzs journalistiques mal documentés, le Parisien et sa journaliste Odile Plichon tiennent la corde ». L’organisation syndicale dénonce un « amalgame malsain » avec les autres sujets traités par le livre. Il s’agit, dans le cas présent, d’une revendication aussi ancienne que légitime, estime la personne en charge du dossier des retraites au SNPHAR-E, Raphaël Briot, en poste au CHU de Grenoble.

Aux yeux de ce MCU-PH, le scandale est ailleurs : c’est le choix politique opéré qui pose problème. Un choix qui « précipite les retraites des agents publics dans les systèmes privés par capitalisation au lieu de renforcer les systèmes obligatoires des retraites par répartition ». Un choix qui conduit à ce que l’hôpital « abonde les caisses de retraite privées ». « Alors chiche !, conclut le SNPHAR-E. Déchirons ce projet et exigeons une remise à plat complète du système des retraites hospitalo-universitaires en reprenant à la base le rapport de l’IGAS 2011, et en développant les options publiques trop vite écartées ».

D. CH.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... Commenter

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 1

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter