Eva Joly : le président a droit au secret médical

Eva Joly : le président a droit au secret médical

06.03.2012

Sixième des onze candidats interrogés par « le Quotidien », Eva Joly estime que le président ou la présidente a droit comme tout le monde au secret médical. Si cette question se pose si fréquemment et prend parfois un tour si dramatique, c’est en raison de la place excessive accordée en France à la fonction présidentielle. Nul ne s’émeut de la maladie du Premier ministre anglais, italien ou espagnol, fait-elle observer.

  • 1331038756330076_IMG_79026_HR.jpg
LE QUOTIDIEN - La question de la santé du président de la République doit-elle rester un sujet privé, protégé par le secret médical, ou nécessite-t-elle d’être traitée dans le débat public ?

EVA JOLY - La santé, pour le président ou la présidente de la République, comme pour tous les citoyens, est d’abord une question privée, intime même. Le secret médical est un principe fondamental préservé depuis qu’existe la médecine, et le président y a droit – comme tout le monde. Il peut communiquer aux citoyens certaines informations, s’il le souhaite. Sinon, c’est seulement en cas d’empêchement médical que la santé du président ou de la présidente doit arriver sur la place publique.

Quels enseignements tirez-vous des événements survenus à cet égard lors des mandats de Georges Pompidou et de François Mitterrand ?

Si la question de la santé se pose si fréquemment concernant la fonction présidentielle, si elle prend un tour aussi crucial ou parfois dramatique, ce n’est pas tant en raison des maladies mortelles de Georges Pompidou ou de François Mitterrand, de l’AVC de Jacques Chirac ou du malaise de Nicolas Sarkozy, au début de son quinquennat. C’est en raison de la place prééminente mais totalement excessive que nous accordons au rôle présidentiel, comme si la vie de la Nation dépendait de la vie du président. Dans la VIe République que je propose, le pouvoir exécutif ne sera pas dirigé par une seule personne, aussi punissante politiquement qu’elle peut être humainement fragile, mais par un collectif : le gouvernement dirigé par le Premier ministre, en relation constante avec le Parlement. Personne ne panique dans les autres pays de l’Union européenne (UE) quand on apprend que le Premier ministre anglais, italien ou espagnol a fait un malaise ou semble souffrant.

Envisagez-vous de prendre personnellement des engagements pour garantir, si vous êtes réélue, la transparence au sujet de l’information sur votre santé ?

J’envisage une règle : communiquer une fois par an à la Cour constitutionnelle, que je veux établir (et qui ne sera plus composée sur un critère de proximité avec le pouvoir politique), mon bilan de santé. C’est cette cour qui pourra in fine constater une situation d’empêchement médical.

Pensez-vous que la Constitution soit suffisamment précise pour les cas d’empêchement médical du président ?

La Constitution n’est pas parfaite s’agissant de l’éventuel empêchement présidentiel. Aujourd’hui, l’empêchement peut être constaté par le Conseil constitutionnel s’il est saisi par le gouvernement. Cela place le gouvernement dans une position très difficile ! C’est pourquoi je préfère impliquer la Cour constitutionnelle.

En tant que candidate, êtes-vous disposée à fournir des informations concernant votre état de santé actuel ?

Il faudrait préciser de quels types d’informations vous parlez. D’un point de vue général, je répondrais plutôt non. Il n’y a aucune information concernant mon état de santé que je juge utile à la qualité du débat présidentiel !

 CHRISTIAN DELAHAYE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter