François Bayrou : le devoir de vérité

François Bayrou : le devoir de vérité

02.03.2012

« L’information sur son état de santé doit être publique et régulière », affirme François Bayrou, le candidat du MoDem, qui répond à nos questions sur la santé des présidents. Pour lui, la transparence doit être la règle.

  • 1330695142328921_IMG_78729_HR.jpg
LE QUOTIDIEN - La question de la santé du président de la République doit-elle rester un sujet privé, protégé par le secret médical, ou nécessite-t-elle d’être traitée dans le débat public ?

FRANÇOIS BAYROU - La règle doit être celle de la transparence. Parce qu’il dispose de grandes prérogatives, le président de la République a également de grands devoirs. Et, parmi ceux-ci, le devoir de vérité est probablement le plus important. L’information sur son état de santé doit donc être publique et régulière. Et, dans le même temps, la santé d’un être humain est quelque chose d’extrêmement intime, certains aspects ne concernant que sa famille, ses proches et le corps médical qui l’entoure.

Quels enseignements tirez-vous des événements survenus à cet égard lors des mandats de Georges Pompidou et de François Mitterrand ?

J’ai vu ces hommes d’état, François Mitterrand surtout, puisque j’ai été un de ses ministres, se conduire avec une dignité et une force qui inspirent le respect. Malades, souffrant terriblement, ils ont été jusqu’au bout pour assumer leurs fonctions et diriger l’État. Je n’ai pas aimé les secrets qui entouraient leur état de santé, mais j’ai admiré leur courage face à la maladie.

Envisagez-vous de prendre personnellement des engagements pour garantir, si vous êtes réélu, la transparence au sujet de l’information sur votre santé ?

Oui. C’est une question de vérité et de transparence.

Pensez-vous que la Constitution soit suffisamment précise pour les cas d’empêchement médical du président ?

Oui. Les conditions de la vacance du pouvoir ou de l’empêchement sont suffisamment claires pour que la continuité de l’État et le fonctionnement régulier des pouvoirs publics soient garantis.

En tant que candidat, êtes-vous disposé à fournir des informations concernant votre état de santé actuel ?

Je vais bien. Je me suis soumis à des examens médicaux, comme toute personne qui fait un emprunt un peu conséquent, ce qui est le cas pour une élection présidentielle. Et les résultats sont bons.

 CHRISTIAN DELAHAYE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 9

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter