Nicolas Sarkozy : le secret médical ne peut pas être absolu

Nicolas Sarkozy : le secret médical ne peut pas être absolu

28.02.2012

Le chef de l’État, candidat à sa propre succession, a répondu à nos questions sur la santé des présidents de la République. Il affirme avoir, dans ce domaine, tenu ses engagements en publiant chaque année son bulletin de santé et promet de continuer à le faire.

  • 1330615539327789_IMG_78639_HR.jpg
LE QUOTIDIEN - La question de la santé du président de la République doit-elle rester un sujet privé, protégé par le secret médical, ou nécessite-t-elle d’être traitée dans le débat public ?

NICOLAS SARKOZY - Le chef de l’État n’est évidemment pas un citoyen comme les autres. En ce qui le concerne, le secret médical ne peut être absolu : parce que les Français ont le droit de savoir si son état de santé est compatible avec les lourdes responsabilités qui lui sont confiées. Pour autant, dès lors qu’ils sont assurés que le Président de la République est en mesure d’exercer ses fonctions, les Français n’ont pas besoin d’avoir accès à l’ensemble de son dossier médical.

Quels enseignements tirez-vous des événements survenus à cet égard lors des mandats de Georges Pompidou et de François Mitterrand ?

Je n’ai pas à me prononcer sur les événements que vous mentionnez, je ne dispose d’ailleurs pas d’informations suffisantes pour porter un jugement. Mais il est clair que l’époque était encore caractérisée par une pratique du secret pas tout à fait conciliable avec la conception que je me fais d’une démocratie moderne.

Envisagez-vous de prendre personnellement des engagements pour garantir, si vous êtes réélu, la transparence au sujet de l’information sur votre santé ? Estimez-vous devoir revoir les règles de communication telles que vous les avez observées lors de votre premier quinquennat ?

Lors de la campagne présidentielle précédente, je m’étais engagé à publier dès mon entrée en fonction mon état de santé. J’ai strictement tenu cet engagement en le publiant chaque année. Si je suis réélu, je continuerai à appliquer cette règle de transparence.

Pensez-vous que la Constitution soit suffisamment précise pour les cas d’empêchement médical du président ?

Oui. Notre Constitution prévoit, en matière d’empêchement du chef de l’État, une procédure à la fois simple et incontestable : c’est au Conseil constitutionnel, saisi par le gouvernement et statuant à la majorité absolue de ses membres, de constater l’existence d’une telle situation, que l’incapacité soit matérielle (dans le cas où le président serait captif), physique ou intellectuelle. Je pense qu’il est bon de laisser au Conseil constitutionnel cette marge d’appréciation, qui lui permet d’adapter son jugement en fonction des circonstances, par définition toujours exceptionnelles.

En tant que candidat, êtes-vous disposé à fournir des informations concernant votre état de santé actuel ?

Mon dernier bulletin de santé date du mois de septembre, publié sur www.elysee.fr. Les résultats des différents examens auxquels j’ai alors été soumis se sont révélés normaux. D’ici au premier tour de l’élection présidentielle, je ferai publier un nouveau bulletin de santé, afin que les électeurs disposent de toutes les informations nécessaires avant de faire leur choix.

Enfin, s’agissant de la campagne, vous astreignez-vous à des règles d’hygiène de vie ?

Je me suis toujours tenu à une hygiène de vie assez stricte. Je ne sors pas le soir. Je ne bois pas. Je ne fume pas non plus, même si j’ai une faiblesse pour le cigare de temps en temps. Et je fais toujours attention à ce que je mange. Par ailleurs, j’ai une pratique sportive très régulière, cela fait partie de mon équilibre. En campagne électorale, cette discipline est plus que jamais nécessaire.

 CHRISTIAN DELAHAYE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
29.02.2012 à 08h20

« Bon, bref il serait exemplaire ! ... »

Répondre
 
28.02.2012 à 18h57

« C'est clair et honnête. Un président malade ne peut garantir que ses décisions répondant à l'intérêt supérieur de la nation de la même façon qu'un médecin malade ne peut garantir la sécurité de son Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter