Des experts proposent de taxer les aliments avec sucre ajouté

Des experts proposent de taxer les aliments avec sucre ajouté

03.02.2012
Selon trois experts américains l’abus de sucre est aussi toxique que la consommation excessive d’alcool. Ils préconisent de mettre en place des mesures de restriction, notamment des taxes, à l’image de celles qui touchent les boissons alcoolisées ou le tabac.
  • 1328289146321255_IMG_76882_HR.jpg

Consommer du sucre en trop grande quantité a les mêmes effets que l’abus d’alcool. C’est ce qu’expliquent trois experts américains dans un article publié dans la revue britannique Nature. Hypertension, diabète, risque cardiaque ainsi qu’une surcharge en graisse sont favorisés par l’apport massif de sucre. L’article souligne qu’une attention toute particulière devrait être portée au sucre ajouté et notamment au fructose. La consommation de sucre n’a cessé d’augmenter. Ces cinquante dernières années elle a triplé dans le monde. Pour réguler la consommation des aliments transformés contenant du sucre ajouté, les experts proposent de créer une taxe sur ces produits. Ils préconisent également de limiter les ventes durant les heures d’école et de définir une limite d’âge pour l’achat de ces aliments.

Diabète et obésité.

L’article rappelle que les maladies non transmissibles contribuent à la mort de 35 millions de personnes dans le monde chaque année, et pour les scientifiques le sucre tient un rôle dans la progression de ces pathologies.

La Chaire internationale sur le risque cardiométabolique (ICCR) relève, quant à elle, que ce que l’on boit est aussi important que ce que l’on mange. Plusieurs analyses soulignent la corrélation entre la consommation de boissons sucrées et le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et l’obésité. La consommation des nectars, sirops et autres sodas a fortement augmenté depuis les années 1970, en France aussi bien qu’aux États-Unis. Parallèlement le diabète et l’obésité ont considérablement augmenté, notamment chez les enfants. De 39 litres achetés par an en 1990, on est passé à 58 litres en 2007. Pour ces raisons l’ICCR considère que la consommation de boissons sucrées doit être prise en compte « au même titre que l’activité physique, l’équilibre énergétique et la qualité des acides gras de l’alimentation, dans la démarche de prévention de l’obésité et des maladies cardiovasculaires. »

CÉCILE RABEUX
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 7

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter