24 heures du monde - TVA sociale : le dilemme de Sarkozy

24 heures du mondeTVA sociale : le dilemme de Sarkozy

20.01.2012

Le président de la République a reçu les syndicats auxquels il a annoncé diverses mesures sociales que ses interlocuteurs, sauf le patronat, ont accueillies avec des réserves. Parmi ces mesures à effet immédiat, l’embauche de jeunes de moins de 26 ans par les très petites entreprises est exonérée de charges sociales pendant six mois, et l’agence Pôle emploi pourra recruter 1 000 employés de plus.

  • 1326998085316785_IMG_75872_HR.jpg

LE GOUVERNEMENT entend financer ces décisions par un « redéploiement des dépenses », ce qui semble sous-entendre qu’il ne sait pas très bien où trouver l’argent. Le « sommet social » du 18 janvier était censé se traduire par une nouvelle politique sociale favorisant l’emploi. Les syndicats ne sous-estiment pas les mesures annoncées par M. Sarkozy, mais ils avaient refusé par avance de discuter du projet de TVA sociale. M. Sarkozy en a pris acte, de sorte qu’il a été privé de ce qu’il considérait sans doute comme son principal effet d’annonce.

La TVA dite sociale consisterait à transférer une partie des charges sociales des entreprises sur la consommation. Elle a été rejetée par les syndicats et par l’opposition qui soulignent qu’elle augmenterait les prix de détail ; sans pour autant augmenter les salaires puisque le gouvernement a prévu de réduire seulement les charges patronales, avec, pour objectif, de favoriser l’embauche. Le pilonnage du projet par la gauche et par les organisations syndicales l’a rendu douteux aux yeux de l’opinion qui, en bonne logique, craint une réduction du pouvoir d’achat. La rumeur a couru que l’augmentation de la TVA ne serait que de deux points de pourcentage au lieu de trois. Pour autant, M. Sarkozy va-t-il maintenir ce projet impopulaire ? Il est en effet confronté au ras-le-bol de ses concitoyens, traumatisés par un taux de chômage galopant et de spectaculaires fermetures d’usine contre lesquels les pouvoirs publics demeurent impuissants.

Le chef de l’État, qui n’a pas encore annoncé qu’il serait candidat à sa réélection, a décidé de multiplier les initiatives dans les trois mois qu’il reste de son mandat actuel. La TVA sociale figurait, de toute évidence, dans une cascade d’actes politiques axée sur le principe que, quelle que fût l’impopularité des mesures, il valait mieux, pour le président en exercice, agir que faire des promesses qui n’auraient pas été crédibles, compte tenu de la violence de la crise. Le très grave défaut d’une hausse de la TVA, dans un climat particulièrement tendu, c’est qu’elle diminue automatiquement le pouvoir d’achat des Français. Du coup, le président est pris dans un piège : s’il adopte la TVA sociale, il perdra encore des électeurs ; s’il y renonce, la gauche le soulignera à grands traits.

RICHARD LISCIA
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter