Un risque HTAP après antidépresseurs in utero

Un risque HTAP après antidépresseurs in utero

16.01.2012
Mieux vaut réfléchir à deux fois avant de prescrire un antidépresseur de la classe des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) à une femme enceinte, suggère une équipe scandinave, Helle Kielr (Stockholm) et coll. Le risque de survenue d’une hypertension artérielle pulmonaire chez le nouveau-né apparaît, en effet, un peu plus que doublé.
  • 1326733183315585_IMG_75551_HR.jpg

Pour arriver à ce constat il a fallu une étude de grande envergure. De fait, l’HTAP concernant 1,2 enfant sur 1 000 à la naissance, les auteurs n’ont pas hésité à recueillir les données de plus de 1,6 million de naissances survenues après 33 SA. L’étude de population a donc porté sur le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède.

Selon les données des registres nationaux, environ 30 000 femmes enceintes ont pris un ISRS entre 1996 et 2007. Parmi elles 11 014 au-delà de la 20e semaine d’aménorrhée. L’exposition à l’une des molécules de cette classe pharmaceutique était associée à une augmentation de l’odds ratio d’HTAP chiffrée à 2,1, soit 3 naissances sur 1 000. En revanche, la prescription avant la 8e SA entraînait une moindre élévation du risque, odds ratio à 1,4.

Les auteurs se sont intéressés plus spécifiquement à chacune des molécules. Ils ont trouvé une action délétère similaire entre elles, déduisant qu’il s’agit bien d’un effet de classe.

L’ampleur du nombre des naissances incluses dans le travail en constitue l’une des forces, écrivent les chercheurs. Malgré cela uniquement 33 nouveau-nés ont été identifiés comme ayant eu une HTAP après exposition à un ISRS in utero. L’autre point fort de l’étude vient de son caractère multinational. Au plan des faiblesses du travail, il faut surtout voir que l’exposition à ces antidépresseurs a été jugée sur la prescription des spécialités, sans certitude de prise par les patientes.

Le mécanisme physiopathologique n’est, pour l’instant, guère expliqué. Il se peut que l’antidépresseur s’accumule au niveau pulmonaire, ce qui pourrait induire une vasoconstriction favorisant la prolifération des fibres musculaires lisses. Cette hypothèse serait confortée par la similitude d’action entre tous les antidépresseurs agissant sur la sérotonine, qu’il s’agisse ou non d’ISRS.

« BMJ »2011doi:10.1136/bmj.d8012.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter