Un espoir thérapeutique contre la mort subite dans le syndrome de Rett

Un espoir thérapeutique contre la mort subite dans le syndrome de Rett

19.12.2011
La mort subite qui survient dans environ un quart des cas de syndrome de Rett, pourrait être liée à un QT long, retrouvé chez 20 % des patientes. Des travaux chez la souris laissent penser que la phénytoïne pourrait être efficace pour prévenir l’arythmie fatale. Dans le modèle murin on a découvert un courant sodium continuellement élevé.
  • 1324308961311018_IMG_74491_HR.jpg

Le syndrome de Rett est un trouble grave du développement neurologique qui affecte principalement les filles. Il est typiquement causé par des mutations du gène MEPC2, situé sur le chromosome X.

La survie est relativement prolongée (70 % atteignent les 35 ans), toutefois il existe une fréquence élevée de mort subite inexpliquée (26 % des décès).

McCauley et coll. ont effectué un ECG chez 379 filles et femmes atteintes du syndrome de Rett. Ils ont découvert que 18,5 % des patientes présentent un allongement du QT corrigé (QTc), ce qui indique une anomalie de la repolarisation prédisposant au développement d’une arythmie cardiaque fatale.

De plus, des modèles murins développent avec l’âge un allongement du QTc, qui est associé à une tachycardie ventriculaire et à la mort subite.

Les chercheurs ont constaté que le traitement standard du QT long dans le syndrome de Rett, par les bêta-bloquants, ne prévient pas la tachycardie ventriculaire dans le modèle souris.

Ils ont découvert dans les cardiomyocytes un courant sodium continuellement élevé, qui peut être normalisé lorsque les cellules sont traitées par un inhibiteur des canaux sodiques - la phénytoïne, un médicament antiépileptique.

De fait, un traitement du modèle murin par la phénytoïne raccourcit l’intervalle QT et prévient l’arythmie et la mort cardiaque.

« Nos résultats suggèrent que le traitement des patientes atteintes du syndrome de Rett serait plus efficace pour prévenir les arythmies cardiaques fatales s’il ciblait le courant sodique continuellement élevé », concluent les chercheurs.

« Science Translational Medicine », McCauley et coll., 14 décembre 2011.

 Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans un bourg breton, infirmiers, pharmacien, kiné... se mobilisent avec la mairie pour recruter un médecin

Plénée-Jugon

Comme beaucoup de communes françaises, Plénée-Jugon, bourg des Côtes d'Armor de 2 500 âmes, est à la recherche de médecins. La municipalité... 14

Cancer du sein : l'INCa et l'ANSM recommandent d'éviter le docétaxel

inca

Dans le prolongement du courrier qui a été adressé aux oncologues le 15 février 2017 l’agence nationale de sécurité du médicament et des... 1

Un médecin agressé aux urgences de Soissons se fait fracturer une jambe

soissons

Un praticien du centre hospitalier de Soissons a été agressé ce samedi 18 février vers 7 heures aux urgences de l'hôpital, relate le... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter