Pas d’anomalies congénitales chez les enfants de survivants du cancer

19.12.2011
Une grande étude rétrospective des enfants de personnes survivantes après un cancer et ayant été traitées par radiothérapie et/ou agent alkylant, montre qu’il n’y a pas d’accroissement du risque d’anomalies congénitales dans la descendance, comparativement à des enfants de survivants de cancer n’ayant pas reçu de tels traitements.
favoritePrint
  • 1324291842311264_IMG_74482_HR.jpg

Les patients qui souffrent d’un cancer reçoivent souvent des traitements agressifs, par radiothérapie et chimiothérapie, qui peuvent affecter leur aptitude à la procréation. Chez les filles, les irradiations pelviennes, avec les dommages à l’utérus qui en résultent, ont été associées à un risque de fausses couches et d’accouchements prématurés ; les effets sur les ovaires peuvent être source d’infertilité. La radiothérapie et les agents antimitotiques alkylants sont à même d’endommager l’ADN.

Lisa Signorello et coll. (Rockville, États-Unis) ont utilisé des données de la « Childhood Cancer Survivor Study », une étude rétrospective comprenant plus de 20 000 enfants de survivants de cancers diagnostiqués entre 1970 et 1986. L’examen a porté sur 4 699 enfants. Ils sont nés de 1 128 hommes et 1 627 femmes survivantes du cancer. Chez ces parents, 63 % avaient été traités par radiothérapie ; par ailleurs, 44 % des hommes et 50 % des femmes avaient reçu des agents alkylants. Dans ce groupe d’enfants, il y a 2,7 % d’enfants présentant une anomalie congénitale : syndrome de Down, achondroplasie ou fente labiale. Les observateurs trouvent que 3 % d’enfants de mères exposées aux radiations ou traitées par un agent alkylant présentent un défaut à la naissance, comparativement à 3,5 % des enfants de survivants de cancer qui n’ont pas été exposés à ces thérapeutiques.

Il y a 1,9 % des enfants d’hommes ayant eu ces traitements qui ont présenté des anomalies congénitales, comparativement à 1,7 % d’enfant nés de pères n’ayant pas eu ces irradiations ou ce type de chimiothérapie. D’où la conclusion qu’il n’y a pas d’excès de risque de défauts congénitaux. Les auteurs indiquent que la force de leur étude tient à la comparaison avec des enfants nés de parents traités pour cancer avec d’autres types de traitement, tous ayant été surveillés de la même façon, et non avec les chiffres de la population générale, ce qui peut entraîner une surreprésentation des anomalies si la population des enfants de survivants de cancer est davantage surveillée.

« Journal of Clinical Oncology », 13 décembre 2011.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les médecins spécialistes de l’UMESPE menacent de dénoncer le contrat d’accès aux soins jugé « insuffisant »

L’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF) s’insurge des résultats de l’enquête présentée jeudi 21 mai par... 2

Le Pr Bernard Debré (UMP) veut supprimer 10 à 15 % d’hôpitaux en France

Le Pr Bernard Debré, député UMP de Paris, s’est déclaré favorable à la réforme du temps de travail à l’hôpital. « Bien entendu, il faut... 2

Hôpital : les GHT, opportunités et pièges pour les médecins DIM Abonné

La loi de santé de Marisol Touraine refonde le rôle du département d’information médicale (DIM) et de son médecin responsable, une... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

loisirs

Festival, Voyage, Restaurant... Retrouvez tous les choix de la rédaction

Consulter