Hôpitaux : les biberons à usage unique préconisés

Hôpitaux : les biberons à usage unique préconisés

19.12.2011
  • 1324312191311356_IMG_74506_HR.jpg

Suite à l’affaire des biberons et tétines illégalement stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène dans certains établissements de santé, la direction générale de la santé (DGS) a saisi le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour « définir les indications formelles de recours indispensable » aux dispositifs stériles dans l’alimentation des nouveau-nés et nourrissons hospitalisés. Dans son avis, le HCSP n’identifie « aucune situation clinique pour laquelle le recours à un biberon et à une tétine stériles est indispensable ». Le Haut Conseil préconise donc de recourir à des biberons et tétines « à usage unique », « présentant les caractéristiques de sécurité face au risque infectieux (…) quelle que soit la stratégie proposée pour atteindre cette qualité ». L’usage de biberons et tétines réutilisables n’est pas recommandé, « sauf si cette pratique est déjà bien établie, organisée, maîtrisée et évaluée », ajoute le HCSP. Dans tous les cas, les industriels qui commercialisent des biberons et tétines sécurisés sur le plan infectieux par le biais d’un traitement, devront apporter la preuve de « l’absence de micro-organismes potentiellement pathogènes (…), de la maîtrise de la flore totale » tout en garantissant « l’innocuité de tels matériels en cohérence avec la réglementation des matériaux au contact des aliments ». Après la révélation de l’affaire dans la presse, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand avait demandé mi-novembre le retrait « dès que possible » des biberons, tétines, téterelles stérilisées avec de l’oxyde d’éthylène au profit de « solutions alternatives » (nourettes, autres biberons à usage unique ou non). Dans son avis, le HCSP estime que la non-utilisation des actuels stocks de biberons stérilisés à l’oxyde d’éthylène fait courir un « risque très probable à court terme » de pénurie de biberons, « compte tenu de la faible offre de solutions alternatives proposées par les industriels ».

Après le HCSP, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) devrait prochainement remettre les résultats d’études complémentaires sur les conséquences sanitaires liées au procédé de stérilisation à l’oxyde d’éthylène. L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et de Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) devraient, pour leur part, remettre d’ici la fin de l’année, les conclusions de l’enquête diligentée par le ministère de la Santé pour comprendre pourquoi des entreprises ont commercialisé des biberons et tétines stérilisés par un procédé non-autorisé et pourquoi les établissements de santé ont utilisé ces produits non-réglementaires.

 D. B.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Brève

Présidentielle : le monde de la Recherche appelle à voter contre Marine Le Pen

le pen

Neuf dirigeants des principaux organismes publics de recherche ont appelé ce 27 avril « à voter contre » Marine Le Pen au second tour de... 7

À Belle-Île-en-Mer, François Hollande lance les travaux de reconstruction de l'hôpital

hollande

François Hollande a lancé officiellement, ce vendredi, la reconstruction de l’hôpital Yves-Lanco, à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), la plus... 5

Allergies alimentaires : les allergologues réclament des moyens

« Les allergies alimentaires constituent aujourd’hui la deuxième vague d’augmentation des allergies après celle des allergies respiratoires... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter