Le vaccin grippal H1N1 protège bien la femme enceinte et son enfant

Le vaccin grippal H1N1 protège bien la femme enceinte et son enfant

06.12.2011
  • 1323187838307443_IMG_73539_HR.jpg

Le travail publié par des chercheurs français confirme le bien-fondé de la vaccination antigrippale H1N1 des femmes enceintes et son excellente tolérance tant pour elles-mêmes que pour l’enfant. Comme l’explique Odile Launay (directrice du centre d’investigation clinique en vaccinologie Cochin-Pasteur) qui a dirigé l’étude : « Le virus grippal H1N1 2009 est toujours circulant, c’est pourquoi le virus vaccinal inactivé H1N1 est intégré dans la vaccination antigrippale saisonnière actuelle. Il est donc vivement recommandé de vacciner les femmes enceintes pour les protéger et protéger leur enfant, pour lequel le vaccin ne peut être administré qu’à partir de l’âge de 6 mois. »

L’étude vaccinale qui sert de support à ce conseil, PREFLUVAC, a été mise en place pendant la pandémie grippale de l’hiver 2009-2010. Son objectif était de démontrer l’immunogénicité d’une injection unique du vaccin A(H1N1) non adjuvanté, lorsqu’il était administré à des femmes enceintes au cours des 2e et 3e trimestres de grossesse. S’y ajoutait une mesure du passage transplacentaire des anticorps maternels chez le nouveau-né, évaluée par un dosage sur le sang du cordon.

PREFLUVAC a été menée auprès de 107 femmes enrôlées dans cinq maternités françaises entre 22 et 32 semaines d’aménorrhée. Les vaccinations ont été réalisées entre le 3 novembre et le 4 décembre 2009, par une injection unique dans le bras. Les évaluations ont été réalisées à quatre périodes : avant la vaccination, entre 3 et 6 semaines après l’injection, au sang du cordon et 3 mois après l’accouchement (chez la maman).

Les dosages d’anticorps sont apparus très satisfaisants. Avant la vaccination, 19 % des patientes avaient des taux considérés comme protecteurs, c’est-à-dire d’au moins 1/40. Au bout de 3 semaines, 98 % des participantes avaient un titre ≥ 1/40. À 6 semaines, à l’accouchement et 3 mois après la naissance, un titre de même niveau était retrouvé, respectivement chez 98, 92 et 90 % des femmes.

Des prélèvements de sang de cordon ont été obtenus chez 88 nouveau-nés, dans 95 % des cas le titre d’Ac était au moins à 1/40. Avec globalement des concentrations plus élevées que chez les mamans. Le vaccin s’est montré non toxique.

« Annals of Internal Medicine », 6 décembre 2011.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Généralistes et dentistes au top des recherches santé sur le site des Pages jaunes

pages jaunes

Dans leur troisième baromètre santé, les « Pages jaunes » décortiquent quelque 289 millions de requêtes effectuées par les internautes en... 1

À Saint-Lunaire, branle-bas de combat pour remplacer un généraliste

st lunaire

À Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine), station balnéaire près de Dinard, la prochaine saison touristique donne des sueurs froides à la mairie. L... 13

Perturbateurs endocriniens : 7 écolos contaminés jusqu’aux pointes des cheveux

Perturbateurs endocriniens : 7 écolos contaminés jusqu’aux pointes des cheveux-1

Quel lien existe-t-il entre la navigatrice et présidente de WWF-France Isabelle Autissier, Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot,... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter