Le vaccin grippal H1N1 protège bien la femme enceinte et son enfant

Le vaccin grippal H1N1 protège bien la femme enceinte et son enfant

06.12.2011
  • 1323187838307443_IMG_73539_HR.jpg

Le travail publié par des chercheurs français confirme le bien-fondé de la vaccination antigrippale H1N1 des femmes enceintes et son excellente tolérance tant pour elles-mêmes que pour l’enfant. Comme l’explique Odile Launay (directrice du centre d’investigation clinique en vaccinologie Cochin-Pasteur) qui a dirigé l’étude : « Le virus grippal H1N1 2009 est toujours circulant, c’est pourquoi le virus vaccinal inactivé H1N1 est intégré dans la vaccination antigrippale saisonnière actuelle. Il est donc vivement recommandé de vacciner les femmes enceintes pour les protéger et protéger leur enfant, pour lequel le vaccin ne peut être administré qu’à partir de l’âge de 6 mois. »

L’étude vaccinale qui sert de support à ce conseil, PREFLUVAC, a été mise en place pendant la pandémie grippale de l’hiver 2009-2010. Son objectif était de démontrer l’immunogénicité d’une injection unique du vaccin A(H1N1) non adjuvanté, lorsqu’il était administré à des femmes enceintes au cours des 2e et 3e trimestres de grossesse. S’y ajoutait une mesure du passage transplacentaire des anticorps maternels chez le nouveau-né, évaluée par un dosage sur le sang du cordon.

PREFLUVAC a été menée auprès de 107 femmes enrôlées dans cinq maternités françaises entre 22 et 32 semaines d’aménorrhée. Les vaccinations ont été réalisées entre le 3 novembre et le 4 décembre 2009, par une injection unique dans le bras. Les évaluations ont été réalisées à quatre périodes : avant la vaccination, entre 3 et 6 semaines après l’injection, au sang du cordon et 3 mois après l’accouchement (chez la maman).

Les dosages d’anticorps sont apparus très satisfaisants. Avant la vaccination, 19 % des patientes avaient des taux considérés comme protecteurs, c’est-à-dire d’au moins 1/40. Au bout de 3 semaines, 98 % des participantes avaient un titre ≥ 1/40. À 6 semaines, à l’accouchement et 3 mois après la naissance, un titre de même niveau était retrouvé, respectivement chez 98, 92 et 90 % des femmes.

Des prélèvements de sang de cordon ont été obtenus chez 88 nouveau-nés, dans 95 % des cas le titre d’Ac était au moins à 1/40. Avec globalement des concentrations plus élevées que chez les mamans. Le vaccin s’est montré non toxique.

« Annals of Internal Medicine », 6 décembre 2011.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Malgré de « vives critiques », la FMF décide de rester partenaire de la convention

hamon

Moins d'un an après avoir été signataire surprise de la convention médicale en août, la Fédération des médecins de France (FMF), réunie... 4

Cellules, ADN, exosomes, des indices dans le sang à exploiterComment le matériel tumoral circulant peut révolutionner le cancer Abonné

cancer

La détection du matériel tumoral circulant ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure prise en charge des cancers, plus précoce,... Commenter

Un conflit médical dégénère et jette le discrédit sur un service de dermatologieAccusations publiques, harcèlement : le CHU de Besançon dans la tourmente Abonné

besancon

Ancien chef de service de dermatologie au CHU de Besançon, le Pr Philippe Humbert a dénoncé des maltraitances présumées envers d'anciens... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter