Un score génétique pour le pronostic de cancers de la prostate

Un score génétique pour le pronostic de cancers de la prostate

29.11.2011
Le score de Gleason, meilleur outil d’évaluation pronostique du cancer de la prostate, n’est pas infaillible. Une proportion non négligeable de patients à score bas (6 ou 7) développe un cancer agressif. Certaines signatures d’expression génétique sont associées à un mauvais pronostic et peuvent en compenser les défaillances.
  • 1322584894304915_IMG_72912_HR.jpg

À côté de l’utilisation de microsondes pour quantifier différentes sortes d’ARNm (ARN messagers) et définir ainsi diverses sous-classes de cancer du sein, une autre approche a été développée récemment, consistant à analyser la concordance d’expression d’une série de gènes sur- ou sous-exprimés au niveau des cellules souches embryonnaires. C’est ce qui définit la signature ESC. Mizuno et coll. ont découvert que les tumeurs mammaires à signature ESC sont presque toujours associées à une inactivation de p53 et ont un mauvais pronostic. Cette approche a été étendue à d’autres cancers et, en particulier, celui de la prostate.

Les auteurs ont évalué différentes signatures génétiques dans une cohorte de patients suédois (Sboner et coll.) Ils ont constitué cinq groupes, distingués par leur signature : « ESC/p53-/PTEN- » (groupe dit stem-like), « TMPRSS2-ERG » (groupe de fusion de gènes) et trois groupes d’activation de voies oncogéniques (« Cytokine/RAS/Mesenchyme » ; « transitional » ; « PRC2 »). Ils ont analysé la relation entre chacun de ces types et le score de Gleason, la survie globale et la mortalité.

Le groupe d’expression stem-like est associé à la survie la plus faible (57 mois en moyenne), avec un fort pourcentage de décès (81 %) ; le groupe de fusion de gènes à une survie moyenne de 93 mois (et taux de décès de 76 %) ; les trois autres groupes, comparables entre eux, se caractérisent par un taux de décès de moins de 55 %.

Les chercheurs ont calculé que les patients porteurs de la signature ESC/p53-/PTEN- ont un risque de décès triplé (3,3 fois supérieur), tandis qu’il est 1,8 fois supérieur dans le groupe TMPRSS2-ERG. Il est intéressant de souligner que, parmi les 200 patients à score de Gleason de 6 et 7 (bas), ceux ayant la signature « stem-like » ont un risque 2,7 fois plus grand (p = 0,01) de mourir de leur cancer.

Pour valider ces résultats dans une perspective clinique, l’équipe d’Arnold J. Levine a refait les mêmes analyses à partir d’une nouvelle série de données (131 cancers primitifs et 19 métastases, étude de Taylor et coll.), plus récentes, recueillies entre 2000 et 2006.

Dans cette seconde cohorte, le groupe avec la signature ESC/p53-/PTEN- était comparable. La même tendance est observée, à savoir des cancers plus agressifs dans le groupe « stem-like ». Globalement, 17 % des cas récidivants ou métastatiques sont retrouvés dans ce groupe et 33 % dans le groupe de fusion de gènes.

L’intérêt de ces travaux réside dans la découverte d’une nouvelle forme de classification pronostique,indépendamment du score de Gleason, puisque parmi les patients à score bas (6 ou 7), le risque de décès est 2,7 fois plus élevé dans le groupe « stem-like » que dans les groupes de signatures plus bénignes.

EK Markert, AJ Levine et coll. Proc Ntl Acad Sci USA (2011). Publié en ligne.

 Dr BERNARD GOLFIER
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter