Mobilisation contre le sarcome

Mobilisation contre le sarcome

25.11.2011
Hier et aujourd’hui était organisé à l’institut Gustave-Roussy (IGR) le séminaire e-SURGE, premier programme européen de formation des professionnels, entièrement dédié à la chirurgie des sarcomes et des GIST*.
  • 1322240877303758_IMG_72646_HR.jpg
  • 1322240880303770_IMG_72642_HR.jpg
  • 1322240878303767_IMG_72643_HR.jpg

D’énormes progrès thérapeutiques ont été réalisés ces dernières années dans le traitement des sarcomes en France. En quinze ans, le taux d’amputation est passé de 15 à 1 % et les taux de récidive de 25 à moins de 10 %. Pourtant, les équipes spécialisées de l’IGR, qui sont à la pointe dans ce domaine, dénoncent un manque d’information au sein même de la profession médicale et du grand public, conduisant à un retard diagnostique, à une première intervention fréquemment non appropriée et à une prise en charge tardive, parfois dramatique. « Une meilleure connaissance des sarcomes par le grand public et les professionnels de santé est indispensable car le diagnostic et la première prise en charge conditionnent en grande partie la guérison et la conservation du membre. Des amputations de membres dues à une mauvaise prise en charge initiale sont encore effectuées et, ça, c’est inacceptable », déplore le Dr Sylvie Bonvalot, chirurgienne experte en sarcomes à l’IGR.

Une masse d’au moins 5 cm, évolutive, persistante, profonde, située dans un membre doit alerter les médecins sur la possibilité de sarcome des tissus mous et faire orienter le patient vers une équipe multidisciplinaire spécialisée comme il en existe seulement quelques unes en France, dont l’IGR.

Les progrès thérapeutiques reposent sur les techniques d’ablation chirurgicale et de reconstruction (lambeau libre ou pédiculé, microchirurgie), ainsi que sur la technique dite de « perfusion de membre isolé ». Cette technique, largement développée en France par les équipes de l’IGR, comporte deux étapes : premièrement, on isole le membre de la circulation sanguine en mettant en place une circulation extra-corporelle ; deuxièmement, on perfuse ce membre isolé avec une forte dose de chimiothérapie chauffée. L’objectif est de diminuer la taille de la tumeur afin qu’elle soit opérable.

* Forme particulière de sarcome des tissus mous abdominaux.

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 5

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... 2

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter