Stress post-traumatique : la thérapie se déroule pendant le sommeil

Stress post-traumatique : la thérapie se déroule pendant le sommeil

24.11.2011
Le temps cicatrise toutes les plaies morales. Une nouvelle recherche montre que le temps passé en rêves au cours du sommeil aide à cette récupération. Pendant les phases REM (rapid eyes mouvment, 20 % du sommeil), qui sont aussi celles où se déroulent les rêves, « les traitements biochimiques des médiateurs du stress s’interrompent et le cerveau réalise le processus de traitement des expériences émotionnelles. Ce qui aboutit à l’atténuation où à la disparition des mémorisations douloureuses », selon Matthew Walker et coll. (Université de Berkeley).
  • 1322142815303143_IMG_72422_HR.jpg

L’étape du rêve au cours du sommeil, assortie d’une composition neurochimique unique, nous fournit une sorte de thérapie nocturne, « un baume adoucissant qui ôte les côtés rudes des expériences émotionnelles de la journée précédente. »

L’organisation du sommeil est perturbée dans certains troubles de l’humeur, la dépression et le syndrome de stress post-traumatique (PTSD), on le sait.

Selon les auteurs, leur observation peut rendre compte du fait que les personnes souffrant de PTSD, tels que les anciens combattants, éprouvent une période de récupération plus ou moins longue au cours de laquelle ils font des cauchemars. Ces derniers montrant, d’une part, que le travail de récupération n’est pas achevé et, d’autre part, témoignant d’une progression de ce travail.

Les auteurs présentent une étude chez 35 jeunes adultes en bonne santé, divisés en 2 groupes. On leur a présenté 150 images chargées émotionnellement et on a mesuré l’activité de leur cerveau par IRMf. Ceux qui ont eu une nuit de sommeil entre deux sessions de visionnage des photos rapportent une réduction significative des réactions émotionnelles et l’IRMf montre une grosse réduction de la réactivité de l’amygdale (aire traitant les émotions). Ce qui permet aux aires corticales préfrontales « rationnelles » de reprendre le contrôle des réactions.

Les enregistrements EEG au cours du sommeil montrent une réduction de certains motifs d’activité électrique, témoignant, toujours chez ceux qui ont dormi entre deux projections d’images choquantes, qu’une réduction des neuromédiateurs du stress adoucit les réactions émotionnelles aux stress de la veille.

Au cours du sommeil REM, il y a une réduction du niveau de noradrénaline, un neuromédiateur associé au stress. Chez des vétérans, on avait observé que l’usage d’un antihypertenseur qui réduit la noradrénaline prévient la récidive des cauchemars.

« Current Biology », en ligne le 23 novembre 2011.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter