« Osez en parler » : campagne sur les violences faites aux femmes

« Osez en parler » : campagne sur les violences faites aux femmes

24.11.2011
Pour lutter contre les violences conjugales, les viols et les agressions sexuelles, le gouvernement lance une campagne intitulée « Osez en parler », qui rappelle le numéro d’aide aux femmes victimes, le 39.19.
  • 1322149238303220_IMG_72454_HR.jpg

Cécile a osé en parler : des violences qu’elle a subies pendant huit ans, dès le début de la vie commune avec son conjoint, des coups, jusqu’au traumatisme crânien et une autre fois la blessure au couteau, des viols. Et, un jour, elle a appelé le 39.19 « et ça m’a sauvé la vie ». Pour que, comme Cécile, les femmes victimes de violences osent en parler et appeler le numéro d’aide, le gouvernement lance une campagne d’information. La ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, l’a présentée ce jeudi, à la veille de la journée mondiale contre les violences faites aux femmes, en compagnie des secrétaires d’État Marie-Anne Montchamp et Claude Greff (famille).

La ministre a rappelé les chiffres : en 2010, 146 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon et près de 23 000 faits de violences sexuelles ont été constatés par la police et la gendarmerie ; en 2009, selon leurs déclarations, 650 000 femmes ont été victimes de violences sexuelles (Roselyne Bachelot s’est déclarée favorable à l’allongement de la prescription de trois à dix ans pour les agressions sexuelles, comme le réclament de nombreuses associations). Seulement 5 % des femmes victimes de viol ou de tentative de viol par leur conjoint l’ont signalé à la police et seulement 2 % ont porté plainte.

C’est pour briser ce tabou, ce silence, qu’est lancée la campagne d’information « Osez en parler », qui vise à rappeler le numéro d’aides aux femmes victimes, le 39.19. Le service fonctionne de 8 à 22 heures du lundi au samedi, de 10 à 20 heures les jours fériés. L’appel est gratuit (y compris bientôt d’un mobile, les trois opérateurs viennent de s’y engager) et le numéro n’apparaît pas sur les factures. Au bout du fil, 23 écoutantes (travailleuses sociales, psychologues, juristes, éducatrices spécialisées) qui écoutent et orientent, l’appel durant en moyenne 20 minutes. Le numéro commence à être mieux connu, puisque, entre 2007 et 2010, le nombre d’appels a été multiplié par deux (de 47 715 à 91 308) et le taux de réponse par plus de deux (de 17 773 appels traités à 50 396).

Témoignages.

La campagne passe principalement par la diffusion de témoignages, via des annonces presses et sur le site www.stop-violences-femmes-gouv.fr. Des témoignages de victimes mais aussi de professionnels, gendarme, procureur, écoutante, médecin (Le Dr Catherine C., gynécologue-obstétricienne qui prend en charge les femmes victimes d’agressions sexuelles)...

Cette action est la première des trois campagnes d’information à destination du grand public prévues par le 3e plan interministériel 2011-2013 de lutte contre les violences faites aux femmes, présenté en avril dernier. La deuxième, en mars prochain, portera sur les violences sexistes et sexuelles au travail comme source de discrimination professionnelle et d’atteinte aux droits. La troisième, en 2013, mettra en avant les liens qui existent entre la prostitution et la traite des êtres humains.

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plan maladies rares : les associations en appellent aux présidentiables Abonné

accroche evenement

À moins de 2 mois des présidentielles et à 3 mois et demi des législatives, les 210 associations et acteurs de la recherche, rassemblés dans... Commenter

Deux avenants sur l'avantage maternité et la télémédecine soumis à signatureLes « négos » reprennent, la FMF songe à partir Abonné

revel

L'assurance-maladie et les syndicats tenteront de s'accorder, mercredi, sur deux avenants relatifs à l'avantage supplémentaire maternité et... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter