Événements indésirables : un surcoût d’au moins 700 millions pour l’hôpital

Événements indésirables : un surcoût d’au moins 700 millions pour l’hôpital

23.11.2011
Selon une étude de l’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé), le coût total des événements indésirables associés aux soins (EIS) est estimé à au moins 700 millions, dont 90 % pour les escarres, les désordres métaboliques, les septicémies et les embolies pulmonaires postopératoires.
  • 1322064409302754_IMG_72355_HR.jpg

L’ÉTUDE de Clément Nestrigue et Zeynep Or fournit les premières estimations nationales du surcoût engendré par, indiquent les auteurs, « les défaillances dans l’organisation et le processus de soins à l’hôpital ». Neuf indicateurs de sécurité des patients ont été retenus dans le PMSI (base de données du Programme de médicalisation des systèmes d’information).

Les résultats montrent que 0,5 % des séjours sont associés à l’un ou l’autre de ces 9 événements indésirables. Au niveau national, les escarres de décubitus enregistrent l’effectif le plus important avec 29 938 séjours mais arrivent en deuxième position pour ce qui est de la prévalence (rapporté à la population exposée), derrière les désordres physiologiques et métaboliques postopératoires, soit 7,8 % contre 9,45 %.

La prise en charge des 9 événements indésirables sélectionnés a coûté 682 millions d’euros pour l’ensemble des établissements hospitaliers en 2007. « Plusieurs facteurs laissent penser que notre estimation minore les coûts », soulignent les auteurs. Ils rappellent que certains événements indésirables, comme les complications liées aux médicaments, ne sont pas pris en compte.

Fortes disparités.

Les résultats montrent par ailleurs de fortes disparités entre les coûts engendrés par les différents événements indésirables, qui vont de 500 euros pour les traumatismes obstétricaux à environ 20 000 euros pour les septicémies. Pour un même événement, les coûts moyens peuvent varier du simple à plus du double. Le coût moyen de la prise en charge d’une infection est par exemple de 10 950 euros, avec des variations allant de 9 000 à plus de 20 000 euros.

Parmi les 9 événements choisis, 4 représentent plus de 90 % du surcoût total : les désordres physiologiques et métaboliques postopératoires (260 millions, soit 40 % du coût total), les septicémies postopératoires (155 millions, 22 %), les escarres (136 millions) et les embolies pulmonaires postopératoires (70 millions).

Ces surcoûts sont bien sûr étroitement corrélés avec l’allongement des durées de séjours et varient en fonction de l’EIS : près de 20 jours pour une septicémie ; 0,7 jour pour un traumatisme obstétrical lors d’un accouchement normal. L’infection ou l’escarre sont les deux événements à l’origine d’un allongement de la durée de séjour le plus important, respectivement 3 et 4 fois plus que la moyenne, soit 14,7 et 11,2 jours.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
23.11.2011 à 22h24

« Encore une bonne raison pour dénigrer et culpabiliser les médecins ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter