Bayonne : le rapport de l’IGAS ne disculpe pas l’urgentiste

Bayonne : le rapport de l’IGAS ne disculpe pas l’urgentiste

18.11.2011
Suite à la dénonciation du Dr Nicolas Bonnemaison pour des cas d’euthanasie, l’Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) a été conduite à contrôler 19 dossiers médicaux. La conclusion est que les dysfonctionnements constatés dans le service ne justifient en rien l’acte médical du praticien, qui a administré du curare.
  • 1321631262300739_IMG_72001_HR.jpg

Les inspectrice de l’IGAS, le Dr Anne-Carole Bensadon et Christine De Masson d’Autume, ont mené leur investigation au Centre hospitalier de la Côte Basque à Bayonne, spécifiquement sur les urgences et l’unité d’hospitalisation de soins de courte durée (UHCD) dans lequel travaillait le Dr Nicolas Bonnemaison, accusé aujourd’hui de huit cas d’euthanasie.

Selon le ministère de la Santé, l’étude des 19 dossiers médicaux des patients décédés à l’UHCD ayant été pris en charge par l’urgentiste ces trois dernières années a conduit l’IGAS à opérer un signalement aux autorités judiciaires. « En effet, un dossier comportait explicitement la mention d’une administration de curare au patient, en dehors des indications habituelles. Aucune société savante ne l’indique comme méthode de sédation. Or, seule une méthode de sédation pouvant avoir pour effet secondaire d’abréger la vie est autorisée par la loi du 25 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie », relève le communiqué du ministère. Dans leur rapport, les inspectrices notent d’ailleurs que l’administration d’un tel produit ne peut même pas se concevoir dans le cadre de l’euthanasie active, « au demeurant illégale en France », car le patient n’était pas conscient et n’avait pas rédigé de directives anticipées.

Hors du champ de la loi.

La défense du Dr Bonnemaison, mis en examen en août pour « empoisonnements sur personnes particulièrement vulnérables », apparaît difficile. Certes, elle pourra s’appuyer sur certaines difficultés d’organisation mises au jour par l’IGAS. Ainsi, notent les inspectrices, « malgré différentes procédures mises en place pour faciliter les échanges entre UHCD et services d’hospitalisation, la durée de séjour en UHCD de certains patients témoigne de dysfonctionnements ponctuels car cette unité est supposée accueillir les patients 24, voire 36 heures, mais pas plus ». En outre, elles évoquent un manque de « leadership affirmé » au sein du service des urgences, segmenté en quatre unités. La nomination d’un responsable de pôle en 2010 a constitué « un facteur de cohésion mais reste insuffisante compte tenu des enjeux ». Toutefois, leur conclusion est sans appel : pour les soignants qui sont allés jusqu’au bout « d’une démarche difficile de signalement aux autorités judiciaires, la nature des faits allégués était telle que l’on se trouvait hors du champ de la loi Leonetti, ce qui explique qu’ils n’avaient pas d’autre choix », écrivent les deux membres de l’IGAS.

Le praticien, qui doit être traduit devant la chambre disciplinaire de 1re instance de l’Ordre des médecins, fait actuellement l’objet d’un contrôle judiciaire assorti d’une interdiction temporaire. « Pour autant, du point de vue statutaire, celui-ci est toujours en position d’activité », indique le ministère, qui a pris la décision, au vu des constats de l’IGAS, d’engager une procédure disciplinaire et de prononcer, à titre conservatoire, sa suspension immédiate. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y aurait, sur le plan judiciaire, qu’une seule constitution de partie civile, qui émanerait du fils d’une patiente de 86 ans.

STÉPHANIE HASENDAHL
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
21.11.2011 à 23h19

« N'existe-t-il pas une vaste hypocrisie dans toute cette histoire ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter