Une campagne pour la contraception des 20-35 ans

Une campagne pour la contraception des 20-35 ans

26.10.2011
L’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES) et le ministère de la Santé lancent une campagne « Contraception » pour interpeller les femmes de 25-35 ans qui prennent la pilule et rappeler qu’en cas d’oublis fréquents, d’autres modes de contraception peuvent être envisagés.
  • 1319645187293758_IMG_70223_HR.jpg

Nora Berra l’affirme : on ne peut réduire le problème de la contraception « au seul problème de l’accès aux moyens de contraception ». Ce d’autant que l’amélioration du recours à la contraception depuis 30 ans « n’empêche pas que le taux de grossesses non désirées reste élevé (21 %), notamment chez des femmes sous pilule », rappelle-t-elle. La campagne s’adresse particulièrement aux femmes entre 20 et 35 ans qui utilisent un contraceptif oral.

« La problématique n’est pas tant celle de la disponibilité de méthodes efficaces que celle des difficultés que rencontrent les femmes dans la gestion quotidienne de la contraception orale », souligne l’INPES. La campagne tente de les amener à réfléchir à l’adéquation de leur contraception par rapport à leur situation personnelle. Le constat est celui d’un parcours contraceptif « trop stéréotypé » : en France, les femmes les plus jeunes (15-19 ans) entrent dans la sexualité avec le préservatif, qu’elles abandonnent ensuite progressivement au profit de la pilule, qui devient le contraceptif le plus utilisé chez les moins de 35 ans (70,8 % des femmes de la tranche d’âge). Le recours à la pilule diminue ensuite au bénéfice du dispositif intra-utérin (DIU ou stérilet), méthode de contraception plébiscitée à partir de 45 ans.

Un spot contre le stéréotype.

Ce parcours contraceptif stéréotypé est parfois inadapté à la vie affective et sexuelle des femmes. C’est le message que tentera de faire passer le spot diffusé du 28 octobre au 20 novembre à la télévision, du 2 au 29 novembre au cinéma et du 28 octobre au 18 novembre sur Internet. Sur le ton de l’humour, il évoque la difficulté à prendre au quotidien un contraceptif – en cas de hold-up, par exemple – et se conclut par ces mots : « Certaines femmes pensent à leur pilule quoi qu’il arrive. Si vous avez tendance à l’oublier, il y a d’autres contraceptifs plus adaptés. Parlez-en avec un professionnel de santé. Plus d’informations sur www.choisirsacontraception.fr. »

Une campagne de bannières sur les sites visités par les femmes de 20-35 ans va les inciter à aller sur le site enrichi pour l’occasion, avec une information complète sur la contraception. Des annonces presse vont également être largement diffusées dans les magazines féminins, les « people » et les gratuits, tandis qu’une affiche « A chacun sa contraception », tirée à 130 000 exemplaires, va être envoyée à différents lieux de consultation contraception (médecins généralistes, gynécologues, pédiatres, sages-femmes, pharmaciens, maternité, centre de protection maternelle et infantile, les centres de planification ou d’éducation familiale). La brochure « Choisir sa contraception » a été actualisée et sera disponible gratuitement sur simple commande à l’INPES.

Pour les médecins.

Un dispositif particulier est prévu pour les professionnels de santé. Un document, « La contraception : comment mieux la personnaliser ? », leur est proposé afin de les aider à aborder la question de l’observance dans le cadre de leur consultation de suivi et à guider les femmes vers un choix qui leur convient (à leur vie affective et sexuelle mais aussi médicalement). Chiffres clés sur la contraception, repères pour la consultation, ressources disponibles : toutes ces informations pratiques sont évoquées dans un document synthétique d’une page. Une carte « Que faire en cas d’oubli de pilule ? » est diffusée aux généralistes, aux gynécologues, aux sages-femmes et aux pharmaciens, qui pourront la remettre lors de la prescription ou de la délivrance de la pilule. Elle constitue un aide-mémoire pratique et facile à conserver du fait de son format carte de crédit.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 21

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter