Internat : des choix de postes à bas débit

Internat : des choix de postes à bas débit

12.09.2011
Les candidats des dernières épreuves classantes nationales (ECN) ont commencé à choisir depuis 8 h 30 ce lundi leur spécialité d’internat. Seulement 500 étudiants sur les 1 200 prévus ont pris un poste. La procédure informatisée a été fortement ralentie par les difficultés rencontrées pour se connecter sur le site du Centre national de gestion (CNG). Le choix des postes sera prolongé jusqu’au 23 septembre.
  • 1315848483278916_IMG_66620_HR.jpg

Pour la première fois cette année, ils seront un peu plus de 7 000 à se connecter sur le site Internet du Centre national de gestion (CNG) afin d’opter pour une spécialité d’internat et une ville d’affectation. Le moins que l’on puisse dire est que ce premier « amphithéâtre de garnison virtuel » ne s’est pas déroulé comme prévu. Au terme de la première journée, quelque 500 étudiants seulement sur les 1 200 initialement prévus ont pu choisir un poste. « Nous avançons à un petit rythme, commentait en milieu de journée Olivier Duranteau, vice-président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) en charge de la démographie médicale, qui suit la procédure de choix au CNG. Nous rencontrons un problème de connexion et de débit du fait du grand nombre de connexions simultanées au site du CNG. » Devant les difficultés rencontrées par les étudiants pour se connecter, beaucoup de choix ont dû être confirmés par téléphone.

L’ANEMF a demandé au CNG de revoir le calendrier de la procédure du choix des postes. Initialement prévue pour durer jusqu’au 20 septembre, celle-ci sera prolongée jusqu’au 23 septembre et l’amplitude horaire a été étendue de 8 h 30 à 20 h. Le temps de connexion étant plus important que prévu, les étudiants seront chaque jour 700 à faire leur choix. Le CNG devait envoyer un mail à l’ensemble des candidats pour confirmer ces changements. Les facultés devaient quant à elles être informées pour assurer l’accès à une salle informatique à l’ensemble des étudiants qui le souhaitent.

L’ANEMF n’a pas exclu de demander l’organisation d’un amphithéâtre de garnison présentiel si la procédure informatisée ne peut pas se dérouler dans de bonnes conditions. Mais son président, Pierre Hamann, espère que la suite des événements sera plus favorable : « La procédure fonctionne mais plus lentement que prévu. Nous espérons qu’elle pourra aller à son terme et que tous les étudiants seront informés en temps et en heure des changements de programme. »

Mise en ligne à 13h30 - Dernière actualisation à 19h25

 CH. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 3

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter