L’AP-HP vise un déficit de 123,6 millions d’euros à la fin de l’année

L’AP-HP vise un déficit de 123,6 millions d’euros à la fin de l’année

06.09.2011
Le budget 2011 de l’AP-HP est enfin bouclé. Il y aura exactement 984 suppressions d’emplois non médicaux. Les médecins sauvent les meubles bien que la hausse de leurs effectifs soit contenue.
  • 1315322596277485_IMG_66284_HR.jpg

L’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) pour 2011 de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) est désormais définitivement arrêté. Comme prévu, ce budget utilise deux leviers pour limiter la casse – et contenir à 123,6 millions d’euros le déficit de l’institution : l’augmentation de l’activité et la réduction des dépenses.

Sur ce poste des dépenses, les charges de personnels sont, sans surprise, appelées à la rescousse (à hauteur de 38,1 millions), l’AP-HP se donnant à la fois comme objectifs de « diminuer les charges de personnel non médical » et de « stabiliser la hausse des charges de personnel médical ».

Les effectifs des médecins (y compris les internes et les étudiants et tous statuts confondus) travaillant à l’AP-HP passeront ainsi de 17 496 à 17 702. Dans le détail, sans que les chiffres soient significatifs, on constate que le nombre de praticiens contractuels sans renouvellement de droit (1 285 médecins aujourd’hui) va baisser cette année, fondant de 47 postes, tout comme le nombre d’internes (27 postes de moins sur un total de 3 520).

Du côté des personnels, ce sont presque 1 000 équivalents temps plein qui vont disparaître (984 exactement, après que 900 ont été supprimés en 2010). Les personnels des services de soins et les personnels éducatifs et sociaux vont se défaire de 181 postes.

 K. P.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
FILLON

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'élection présidentielle détaille sa contre-attaque sur le terrain de la santé. Il reproche au gouvernement d'avoir voulu imposer aux médecins le tiers payant – dont il supprimera, s'il est élu, le caractère obligatoire. Entretien. 14

À Saint-Lunaire, branle-bas de combat pour remplacer un généraliste

st lunaire

À Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine), station balnéaire près de Dinard, la prochaine saison touristique donne des sueurs froides à la mairie. L... Commenter

Les décotes tarifaires unilatérales ne passent pasLes radiologues prêts au bras de fer avec la CNAM Abonné

radiologue

Furieux de l'entrée en vigueur de nouvelles baisses de tarifs et des forfaits techniques imposées par l'assurance-maladie, les radiologues... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter