Un Européen sur trois souffre de troubles mentaux ou neurologiques

Un Européen sur trois souffre de troubles mentaux ou neurologiques

05.09.2011
Une grande étude du Collège européen de neuropsychopharmacologie (ECNP) démontre qu’avec plus de 38 % de personnes souffrant de troubles touchant le cerveau, l’Europe fait face à un défi majeur de santé publique. L’association scientifique demande une action concertée pour améliorer les traitements, accessibles à seulement un tiers de malades.
  • 1315228441276965_IMG_66142_HR.jpg

L’étude publiée ce lundi dans « European Neuropsychopharmacology » fera date, affirme l’ECNP. Multiméthodes, triennale, elle porte sur 30 pays (l’Union européenne, ainsi que la Suisse, l’Islande et la Norvège) et 514 millions d’individus. Elle prend en compte, de façon inédite, toutes les maladies mentales majeures des enfants et adolescents, adultes et personnes âgées. Et les résultats sont sans appel.

Chaque année, 38,2 % de la population européenne, soit 164,8 millions d’individus, de tous âges, sont atteints d’une pathologie mentale. Les pathologies les plus fréquentes sont les troubles anxieux (14 %), l’insomnie (7 %), la dépression majeure (6,9 %), les troubles somatoformes (6,3 %), la dépendance à l’alcool et aux drogues, ainsi que la démence, seule à connaître une augmentation significative depuis le précédent rapport de 2005, en raison de l’accroissement de l’espérance de vie. Sans compter, précise l’étude, les maladies neurologiques comme l’ictus apoplectique, les traumatismes cérébraux, la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques, qui viennent s’ajouter à ce premier recensement. Au total, ces maladies du cerveau sont responsables de 26,6 % de la morbidité européenne.

Patients non traités.

Au-delà de ces chiffres, les experts du Collège européen de neuropsychopharmacologie dénoncent l’insuffisance des traitements. Seulement un tiers de malades sont soignés, un taux qui n’a pas évolué depuis 2005. Pire, « les rares personnes recevant un traitement n’y ont accès qu’après des délais considérables de plusieurs années et n’ont que rarement accès aux traitements appropriés, conformes à l’état de l’art ». Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer cette situation : la fragmentation des disciplines dans les domaines de la recherche et de la pratique, la stigmatisation des troubles du cerveau et l’absence de sensibilisation du public à ces problématiques.

« Une action concertée prioritaire est nécessaire à tous les niveaux, y compris une augmentation substantielle du financement de la recherche fondamentale et clinique et de la santé publique », conclut l’étude. Hans-Ulrich Wittchen, principal expert, développe 2 perspectives en ce sens. « Premièrement, il faut combler la lacune thérapeutique énorme attestée dans le domaine des maladies mentales », écrit-il, soulignant que les traitements doivent cibler les plus jeunes, car les maladies mentales s’installent précocement chez les sujets. Il préconise également d’adopter une approche simultanée des maladies mentales et neurologiques afin de mieux comprendre les causes et solutions des troubles du cerveau : « Les deux groupes de pathologies ont en commun de nombreux mécanismes et présentent des effets de réciprocité mutuelle. » Seule l’augmentation importante des fonds consacrés à la recherche permettra de relever ce défi du XXIe siècle, encore méconnu du grand public.

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter