Rouen : des microcapsules à l’essai pour traiter des cardiopathies

Rouen : des microcapsules à l’essai pour traiter des cardiopathies

24.08.2011
La thérapie angiogénique, un mode de traitement novateur dans le traitement de maladies cardio-vasculaires (infarctus du myocarde et insuffisance cardiaque chronique) est à l’essai. Des chercheurs de Rouen testent une combinaison de facteurs de croissance microencapsulés.
  • 1314193952275186_IMG_65725_HR.jpg

Stimuler la vascularisation du cœur en créant de nouveaux vaisseaux (angiogenèse) et en favorisant leur maturation (artériogenèse) avec l’aide de facteurs de croissance angiogéniques, représente un mode de traitement prometteur à l’essai dans les maladies cardiaques. Comme les essais cliniques fondés sur l’administration d’un seul facteur pro-angiogénique n’ont pas montré les bénéfices attendus, les chercheurs de l’unité INSERM 644 « Pharmacologie des dysfonctionnements endothéliaux et myocardiques » de Rouen ont mis au point une stratégie affinée.

Ebba Brackenhielm et coll. ont tout d’abord déterminé une combinaison de facteurs pro-angiogéniques capables de stimuler l’artériogenèse pour aboutir à la création d’artères matures. In vitro, comparée à l’utilisation d’un seul facteur de croissance, l’association de FGF-2 et de HGF stimule davantage la migration et la prolifération de cellules animales et humaines. L’effet de cette formulation s’est confirmé in vivo chez la souris, avec la formation de vaisseaux fonctionnels et stables sur des cornées.

Les facteurs pro-angiogéniques sont ensuite été inclus dans des microcapsules de biopolymères (tels que l’alginate) permettant une libération contrôlée. « L’utilisation des microcapsules permet une diffusion locale lente et une protection des facteurs de croissance. Ils sont alors 3 à 6 fois plus actifs pour induire l’angiogenèse que des facteurs non encapsulés. »

Cette thérapie angiogénique a été mise à l’épreuve sur un modèle d’infarctus chez le rat. Les microcapsules contenant les facteurs de croissance ont été injectées dans le muscle cardiaque. On observe que cela améliore la circulation du sang, permet l’oxygénation du myocarde et prévient ses dysfonctionnements. Le remodelage ventriculaire post-infarctus est atténué.

« Notre thérapie pourrait constituer une nouvelle approche pour la prévention de l’insuffisance cardiaque. Elle pourrait s’adresser notamment aux patients atteints de maladies coronariennes qui répondent mal aux traitements classiques pharmaceutiques et chirurgicaux, ou aux patients qui développent une insuffisance cardiaque », conclut Ebba Brakenhielm.

« Circulation » en ligne, http://dx.doi.org/10.1161/CIRCULATIONAHA.110.010264.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... Commenter

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 46

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter