Des mélanocytes obtenus in vitro, un espoir dans le vitiligo

Des mélanocytes obtenus in vitro, un espoir dans le vitiligo

23.08.2011
L’équipe de la Française Christine Baldeschi* annonce l’obtention in vitro de mélanocytes à partir de cellules souches pluripotentes. Ce qui, à terme, pourrait être proposé pour le traitement des troubles de la pigmentation, comme le vitiligo.
  • 1314107314275101_IMG_65704_HR.jpg

Ces chercheurs ont identifié le procédé de différenciation permettant de dériver des cellules souches d’origine embryonnaire (CSE) ou induites à la pluripotence (iPS) « en une population pure et homogène de mélanocytes capables de produire de la mélanine et de s’intégrer à l’épiderme ». Étant donné les capacités d’expansion illimitées de ces cellules, les chercheurs estiment que cette ressource cellulaire pourrait à terme être proposée comme alternative thérapeutique aux patients atteints de troubles de la pigmentation cutanée, tel le vitiligo, et aussi aux autres pathologies d’origine génétique affectant la pigmentation, telles que les syndromes de Waardenburg et le syndrome de Griscelli.

Une fois isolées et amplifiées in vitro, ces cellules présentent les mêmes caractéristiques que des mélanocytes adultes. Ainsi, les chercheurs ont démontré qu’ils sont capables de s’insérer dans leur emplacement au niveau de la couche basale de l’épiderme. Et qu’ils sont aussi capables de communiquer avec les kératinocytes avoisinants, comme c’est le cas physiologiquement au niveau de l’épiderme, notamment en leur transférant de la mélanine.

« Cette communication cellulaire est fondamentale, à la fois pour protéger les kératinocytes suite aux stress que sont les rayons ultraviolets, et également pour repigmenter la peau après une éventuelle greffe », expliquent Christine Baldeschi et Xavier Nissan.

En 2009, l’équipe était parvenue pour la première fois à obtenir des kératinocytes à partir de cellules souches pluripotentes embryonnaires (publication dans « The Lancet », novembre 2009). La thérapie cellulaire proposée actuellement dans les troubles de la pigmentation de la peau est réalisée par autogreffe. Cette stratégie, si elle se confirme, représentera une alternative allogénique.

« Proc Natl Acad Sci », 19 août 2011. http://dx.doi.org/10.1073/pnas.1019070108.

* Institut I-STEM/INSERM, dirigé par Marc Peschanski.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La CNAM généralise une plateforme pour lutter contre le renoncement aux soins

revel

Nicolas Revel, directeur général de la caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a annoncé ce mardi la généralisation à l'ensemble du... Commenter

Un chirurgien de l'hôpital de Roubaix soupçonné de violences envers des patients et personnels

roubaix

Le conseil départemental de l'Ordre des médecins (CDOM) du Nord a ouvert une enquête hier, lundi, sur un chirurgien de l'hôpital Victor... Commenter

Des élus bourguignons manifestent pour l'ouverture d'une première année de médecine à Nevers

Une vingtaine d'élus de la Nièvre (Bourgogne-Franche-Comté), dont le président PS du département, Patrice Joly, se sont rassemblés lundi à... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter