Arrêt cardiaque : la « ventilation liquide » pour refroidir vite le corps

Arrêt cardiaque : la « ventilation liquide » pour refroidir vite le corps

23.08.2011
En perfusant les poumons par un soluté à forte teneur en oxygène, on réalise une « ventilation liquide », et on peut aussi abaisser rapidement la température corporelle. Le système expérimental tenté sur le petit animal, est intéressant pour traiter l’arrêt cardiaque.
  • 1314114622275115_IMG_65706_HR.jpg

De nombreuses études ont démontré l’importance d’une mise en hypothermie après un arrêt cardiaque, ce qui permet d’améliorer la survie et de limiter les séquelles neurologiques. Chez le petit animal, on a montré que le bénéfice apporté dépend de la vitesse à laquelle l’hypothermie est instaurée.

Alain Berdeaux, Renaud Tissier et coll. (INSERM 955, hôpital Henri-Mondor, en collaboration avec l’École vétérinaire d’Alfort) démontrent l’efficacité d’un dispositif novateur permettant de faire face à cette exigence de rapidité.

Cette équipe de recherche a développé chez le petit animal (modèle d’arrêt cardiaque chez le lapin) un système expérimental qui consiste, après ressuscitation cardiopulmonaire, à perfuser les poumons de liquides riches en oxygène, et à une température inférieure à celle du corps. Ils apportent de cette façon une « ventilation liquide », et un abaissement très rapide de la température corporelle. Le liquide administré dans les poumons est riche en perfluorocarbone, dont la teneur en oxygène est assez élevée pour que les poumons continuent à fonctionner. Et, pour abaisser la température corporelle à 32 °C, ce qui crée les conditions favorables à la préservation du cœur, du cerveau et des autres organes vitaux, il ne faut que 5 à 15 minutes chez les petits animaux, quand il en faut environ 45 en appliquant des substances très froides sur la peau.

Chez les animaux soumis à l’expérience, la survie et la qualité des tissus cérébraux et cardiaques ont été considérablement améliorés après un arrêt cardiaque de 5 à 10 minutes. Les dégâts histologiques dus au manque d’oxygène dans le cerveau sont réduits. La nécrose myocardique est également limitée. Une amélioration « très supérieure à celle obtenue avec d’autres stratégies permettant d’induire une hypothermie plus lente, renforçant à nouveau l’idée qu’il est essentiel d’agir vite après la réanimation cardio-pulmonaire », explique Renaud Tissier.

Les auteurs soulignent que les cinéphiles pourront faire un parallèle entre ces recherches et des séquences du film « Abyss ».

« Circulation », http://dx.doi.org/10.1161/CIRCULATIONAHA.111.039388

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Poursuivis par la députée Catherine Lemorton, trois médecins se défendent de l'avoir diffamée

lemorton

Les Drs Philippe Cuq et Xavier Gouyou-Beauchamps, responsables de l'Union des chirurgiens de France (UCDF), et Jérôme Marty, président de... 9

Essure : le comité d'experts estime qu'il n'est pas nécessaire de modifier la réglementation

essure

Les 8 experts réunis par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a conclu que « les données de la... Commenter

Tiers payant, tarifs : la CSMF accuse la caisse d'Ille-et-Vilaine d'« acharnement »

tiers

Un harcèlement administratif peut en cacher un autre. Après le bras de fer entre des généralistes de Romillé (Ille-et-Vilaine) et leur... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter