Le syndrome de Down a chassé le mongolisme

Le syndrome de Down a chassé le mongolisme

29.07.2011
  • 1311950809274756_IMG_65607_HR.jpg

Remontons quelques instants 50 ans en arrière. Dans une lettre adressée au « Lancet », des généticiens recommandaient de ne plus utiliser le terme « mongolien », et toutes ses déclinaisons, pour évoquer la trisomie 21. Le motif invoqué était une connotation raciale erronée. Dorénavant, les termes d’anomalie de Langdon Down, de syndrome de Down, d’acromicrie congénitale ou de trisomie 21 devaient être utilisés préférentiellement. Publiée quelques mois plus tard dans l’« American Journal of Human Genetics », cette même lettre amorçait un changement radical dans le vocabulaire, non seulement médical et scientifique, mais aussi des médias.

C’est à cette évolution, sur un demi-siècle, que se sont intéressés deux chercheurs espagnols de Madrid, M. Luisa Rodriguez-Hernandez et Eladio Montoya. Le constat est très satisfaisant. Jugeons-en.

Le recensement a été fait à partir d’une vaste revue de la littérature, de 1961 à 2010, recherchant les divers vocables utilisés. Que ce soit sous le terme d’anomalie ou de syndrome, au total, ils ont retrouvé 5 289 Down, 1 396 trisomie 21, 524 mongolisme, 25 Langdon Down et 4 acromicrie congénitale.

Des courbes du recours à ces termes en fonction des années ont été établies. Elles montrent clairement que l’appellation « mongolisme » a connu une décroissance d’utilisation vertigineuse entre 1961 (100 %) et 1980, pour disparaître en 1990. À l’inverse, l’appellation anomalie ou syndrome de Down a commencé une forte ascension dès 1965-1970, pour atteindre un plateau (ou une courbe à très faible pente ascendante) à 80-85 % d’utilisation dès 1990. Il s’agit selon les auteurs du terme le plus généralement accepté. La dénomination trisomie 21 (utilisée préférentiellement en France) a connu une courbe d’ascension croissante depuis 1961, elle a croisé la courbe descendante de « mongolisme » en 1975 (50 % d’utilisation). Puis a décru lentement pour se stabiliser aux alentours de 20 % d’utilisation. Langdon Down est toujours resté proche de 0 %.

Pour les auteurs, l’appellation trisomie 21 est plutôt utilisée lorsqu’il s’agit de faire référence à l’affection dans le cadre d’anomalies chromosomiques.

En 1961, les généticiens souhaitaient une « cristallisation » générale sur l’un quelconque des termes qui remplaceraient mongolisme. Leur vœu a été exaucé.

« Lancet », vol. 378, p. 402.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter