Obésité et syndrome métabolique, ennemis du foie

Obésité et syndrome métabolique, ennemis du foie

25.07.2011
Le surpoids et le syndrome métabolique ne sont pas des états favorables au bon fonctionnement hépatique, favorisant pour le premier la décompensation d’une cirrhose et pour le deuxième les cancers primitifs du foie. Deux études publiées dans « Hepatology » en attestent.
  • 1311605014273698_IMG_65376_HR.jpg

Annalisa Berzigotti et coll. déterminent qu’un IMC augmenté est un facteur prédictif indépendant de décompensation clinique d’une cirrhose préexistante, indépendant de la tension portale et de la fonction hépatique. L’obésité est associée à une plus grande agressivité dans le développement d’une hépatite virale chronique.

Son impact sur la décompensation a été étudié chez 161 patients présentant à l’inclusion une cirrhose compensée. Dans cette population, 40 % de l’effectif étaient en surpoids et 30 % étaient obèses. La décompensation de la cirrhose est survenue chez 40 % des patients, à une fréquence croissante en fonction de l’IMC : cela concerne 15 % de ceux à l’IMC normal ; 31 % de ceux en surpoids ; et 43 % des obèses (p = 0,011). La probabilité de décompensation d’une cirrhose est significativement plus élevée dans le groupe des IMC anormaux (p = 0,022). L’effet délétère de l’obésité sur l’évolution de la cirrhose est observé quelle qu’en soit l’étiologie.

Pour leur part, Tania Welzel et coll. trouvent que le syndrome métabolique augmente significativement le risque de développer deux cancers primitifs du foie : le carcinome hépatocellulaire (CHC) et le cholangiocarcinome intrahépatique (CCI). L’incidence de ces deux cancers est en augmentation aux États-Unis. Le syndrome métabolique est un facteur de risque reconnu de CHC et il est seulement soupçonné pour ce qui est du CCI. Les auteurs ont évalué l’amplitude du risque à l’échelle de la population, en utilisant une base de données épidémiologiques de Medicare (base SEER).

L’analyse de l’association entre le syndrome métabolique et le développement de cancers primitifs du foie, entre 1983 et 2005, a pu être faite pour 195 953 individus dont 3 649 cas de CHC et 743 cas de CCI. Un syndrome métabolique était présent chez 37 % des cas de CHC et 30 % des cas de CCI, versus 17 % des autres sujets. Les calculs montrent que le syndrome métabolique est associé à un risque significativement accru de CHC (odds ratio 2,13) et de CCI (OR de 1,56).

Les composantes individuelles du syndrome métabolique – altération de la glycémie à jeun, dyslipoprotéinémie, obésité et HTA – sont plus fréquentes chez ceux qui ont développé soit un CHC soit un CCI que chez les autres personnes.

« Hepatology », doi:10.1002/hep.24418; et doi:10.1002/hep.24397. Août 2011.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du sein : l'INCa et l'ANSM recommandent d'éviter le docétaxel

inca

Dans le prolongement du courrier qui a été adressé aux oncologues le 15 février 2017 l’agence nationale de sécurité du médicament et des... Commenter

Bergerac ouvre un centre de santé et tente d'apaiser les médecins libéraux agacés

bergerac

Est-ce la fin de la pénurie médicale à Bergerac ? En 2016, le départ de plusieurs médecins généralistes libéraux a placé les professionnels... 59

Deux épidémiologies distinctes selon la forme compliquée ou nonL'appendicite aiguë compliquée, une entité (et un traitement) à part Abonné

appendicite

L'appendicite aiguë nécrosée ou perforée ne serait pas l'évolution d'une forme non compliquée non opérée. Selon une étude inédite française... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter