ROCHEFORT - Musée de l'Ancienne école de médecine navale

ROCHEFORTMusée de l'Ancienne école de médecine navale

21.07.2011

Géré par le musée national de la Marine depuis 1986 et aujourd'hui restauré, cet ensemble musée-bibliothèque apparaît comme l'un des derniers cabinets de curiosités sauvegardés en France dans son intégralité et son lieu d'origine.

  • Rochefort - Musée de l'école de médecine - Anatomie humaine
  • Rochefort ecole de médecine navale
  • Ecole de médecine navale - Rochefort - Bibliothèque
  • Rochefort - Salle du conseil - Musée de l'école de médecine navale

Le musée de l'Ancienne école de médecine navale de Rochefort offre au public comme aux chercheurs les étonnantes collections rassemblées par les officiers de santé navale depuis le début du XVIIIe siècle. Géré par le musée national de la Marine depuis 1986 et aujourd'hui restauré, cet ensemble musée-bibliothèque apparaît comme l'un des derniers cabinets de curiosités sauvegardés en France dans son intégralité et son lieu d'origine.

Un musée qui revient de loin.

Lorsque l'hôpital de la marine de Rochefort ferme ses portes en 1983, personne ne sait encore ce qu'il va advenir des bâtiments construits à partir de 1783 sous la direction de l'ingénieur Touffaire et inaugurés en 1788. A l'entrée de l'hôpital de la Butte, comme on l'appelle, sur la gauche, un pavillon de deux étages où s'est installée l'école d'anatomie et de chirurgie. Celle-ci est fermée depuis 1963. Mais ses locaux abrite un musée et une bibliothèque. Après des années d'incertitude, le pavillon est cédé à l'établissement public national du musée de la Marine avec mission de gérer les collections. Un curateur est nommé en la personne du médecin-général Niaussat auquel a succédé M. Romieux, professeur de pharmacie, en tant que conseil scientifique. Le musée de la Marine commence à investir dans la restauration des locaux et des collections avec le concours du Conseil général et de Ville de Rochefort. L'idée est de jumeler ce patrimoine médical et naval à celui du musée de la Marine de Rochefort, rénové en 1993. Deux visites complémentaires.
Nous voilà donc revenus en 1788, lorsque la première école de médecine navale créée en 1722 pour suppléer à l'ignorance chronique des chirurgiens-navigants, par Jean Cochon-Dupuy, premier médecin du port de Rochefort en 1712, vient de déménager dans ses nouveaux locaux. 
Au rez-de-chaussée, les salles des Actes et du conseil de Santé, ornées des portraits de médecins attachés à l'histoire de la médecine de Rochefort, ont retrouvé leur état d'origine pour accueillir des réunions.

25 000 ouvrages

Au premier étage, la bibliothèque, dont l'accès était réservé aux étudiants et officiers de santé de la Marine. Riche de 25 000 ouvrages (parmi lesquels plusieurs imprimés antérieurs à 1500, accessibles à tous sur simple rendez-vous), elle connut son heure de gloire dans la seconde moitié du XIXe siècle qui vit la réalisation d'un répertoire et d'un catalogue. Centrée sur les maladies exotiques, les récits de voyage, les ouvrages de botanique, dépositaire de nombreux manuscrits de médecins embarqués, elle reste très fréquentée par les chercheurs. Privée de moyens depuis la fermeture de l'école en 1963, elle ne s'enrichit plus, d'ailleurs, que de leurs mémoires et de leurs thèses. Quelques belles pièces comme l'« Opera medicinalia » de Johanes Mesue (Lyon, 1478) ou une édition de 1647 des « Méditations métaphysiques » de René Descartes.
Au second, les collections de médecine et d'histoire naturelle, constituées dès l'origine en musée destiné à l'enseignement des élèves. Dès 1727, les injections au mercure et les préparations anatomiques de François Monségur puis de Jean La Haye, forcent l'admiration du comte de Maurepas, ministre de la Marine. Les préparations anatomiques (panneaux d'artériologie et de névrologie humaines notamment) côtoient l'arsenal de chirurgie des XVIIIe et XIXe siècles ; de grands vases à thériaque en étain de 1701 et le droguier général de plus de mille composants rappelle l'importance accordée à la pharmacopée dans l'enseignement des étudiants.

La galerie des crânes

L'impressionnante « galerie » de crânes des différents types humains témoigne de l'essor de l'école phrénologique de Rochefort au XIXe siècle. A l'époque du bagne (1766-1851) les médecins disposaient en abondance de malades et de cadavres pour leurs études... L'école de chirurgie rochefortaise s'illustre avec Pinsonnière, Pierre Tuffet et Jean-Baptiste Clemot.
Le cabinet d'histoire naturelle date du XIXe siècle. Les médecins embarqués font office de naturalistes et rapportent de leurs expéditions toutes sortes de curiosité : coquillages, végétaux, minéraux, animaux. Dans les vitrines ethnographiques, on distinguent les casses têtes océaniens déposés par Quoy et Gaimard (voyage de l'Uranie 1817-20), un manteau de chef tahitien rapporté par Lesson (voyage de la Coquille 1822-25), les statuettes, la tête en roche volcanique et la bâton de commandement recueillis par le Dr Aze sur l'Ile de Pâques vers 1870. Devant les difficultés de conservation, un certain nombre de pièces furent déposés en 1927 et 1928, aux Muséum de Paris et de La Rochelle et au musée Pierre Loti.

Horaires et contact

25, rue de l'Amiral-Meyer, 17300 Rochefort. Tél. 05.46.99.59.57. Site : www.musee-marine.fr. Ouvert tous les jours, sauf en janvier, le 1er mai et le 25 décembre.

 

Pour en savoir plus.

> M.-F. P. (mis à jour le 10/09/2014, P. T.)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter