Médicament : le plan choc de Bertrand face aux « défaillances graves » du système

Médicament : le plan choc de Bertrand face aux « défaillances graves » du système

23.06.2011
  • 1308844230266123_IMG_63843_HR.jpg

Le ministre de la Santé a présenté ce jeudi les grandes lignes de la réforme du médicament, largement inspirée des Assises organisées sur ce thème. Le projet de loi sera examiné en conseil des ministres avant la trêve estivale (et soumis au Parlement à l’automne). La reconstruction repose sur trois piliers : la prévention des conflits d’intérêts et la transparence des décisions ; le doute qui bénéficie systématiquement au patient ; enfin, des professionnels de santé mieux formés et informés.

Voici les principales mesures décidées.

• Liens d’intérêts

Désormais, un formulaire unique de déclaration publique d’intérêts (DPI) devra être systématiquement rempli par les acteurs du monde de la santé (experts externes et internes, professionnels de santé, associations de patients). Chaque institution devra disposer d’une cellule de déontologie pour gérer et contrôler les DPI.

Le gouvernement va mettre en place un « Sunshine Act à la française », qui s’adressera à l’ensemble des acteurs du monde de la santé. Toutes les conventions et rétributions passées entre laboratoires, les médecins, les experts, la presse spécialisée, les sociétés savantes et les associations de patients devront être publiques et consultables.

• Transparence des décisions

Xavier Bertrand veut renforcer la collégialité des travaux des Agences.

Les commissions devront intégrer des personnalités qualifiées, de spécialités médicales autres que celles directement concernées par le médicament étudié. Les débats seront rendus publics. Le nombre de membres sera limité. Autre décision : le renforcement des capacités d’expertise interne (recrutement d’une vingtaine d’experts de haut niveau - pharmacologues, épidémiologistes, statisticiens).

L’AFSSAPS change de nom et s’appellera désormais l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et des produits de santé.

• AMM et remboursement

Le gouvernement veut une AMM plus exigeante au niveau européen. Elle devrait être conditionnée à la présentation de données comparatives avec les médicaments de référence. Le médicament devra démontrer qu’il est au moins aussi bien que les alternatives thérapeutiques disponibles et remboursables.

Les médicaments présentant un service médical rendu insuffisant ne seront plus remboursés (sauf avis contraire du ministre).

• Prescriptions hors AMM

Elles ne sont pas interdites mais doivent rester « exceptionnelles ». La mention hors AMM de la prescription devra être inscrite sur l’ordonnance. Xavier Bertrand mise sur les logiciels d’aide à la prescription certifiés HAS pour aider les professionnels à distinguer les indications relevant de l’AMM et celles hors AMM.

• Effets indésirables

Le projet devrait favoriser et simplifier la notification des effets indésirables pour les professionnels (avec retour systématique en cas de signalement). La liste des médicaments sous surveillance sera régulièrement mise à jour (avec une grille de lecture plus fonctionnelle, pictogrammes...).

• Évaluation

Le rapport bénéfice/risque des médicaments les plus anciens sera réévalué. Une commission mixte bénéfice risque sera créée à l’ANSM pour traiter des sujets majeurs. « Si les délais des études demandées aux industriels ne sont pas respectés, des sanctions s’appliqueront », martèle Xavier Bertrand.

La publicité sur les dispositifs médicaux sera encadrée.

• Information, formation

Un portail public du médicament sera créé (regroupant les informations de l’ANSM, de la HAS et de l’Assurance-maladie). Xavier Bertrand souhaite que ce site devienne la « référence en matière d’information sur le médicament ».

Côté médecins, la connaissance du médicament et de la pharmacovigilance sera renforcée dans les formations (initiale et continue). Pour les étudiants, précise Xavier Bertrand, « il faut interdire tout financement par les laboratoires dans le cadre des études ». Quant à la formation continue des libéraux et des hospitaliers, elle sera pour partie financée « par un prélèvement provenant de l’industrie pharmaceutique ».

• Visite médicale

La VM sera revue de fond en comble, mais par étapes. Dans un premier temps, et de façon expérimentale, Xavier Bertrand veut l’interdire dans un cadre individuel à l’hôpital et la limiter au seul cadre collectif (avant extension éventuelle à la médecine de ville).

CYRILLE DUPUIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
27.06.2011 à 03h26

« Beaucoup de bonnes idées, bon vent... »

Répondre
 
23.06.2011 à 21h44

« Les médecins hospitaliers sont certainement supposés être beaucoup plus malhonnêtes et véreux que ceux du privé. Cette mesure discriminatoire et vexatoire est une honte. Les médecins hospitaliers en Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter