Suspension du décret interdisant les techniques de lyse adipocytaire

Suspension du décret interdisant les techniques de lyse adipocytaire

20.06.2011
Statuant en référé, le Conseil d’État a suspendu le décret du 11 avril 2011 interdisant les techniques d’amincissement non chirurgicales. Les médecins esthétiques peuvent recommencer à les utiliser en attendant le jugement sur le fond, qui ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois.
  • 1308583969264609_IMG_63580_HR.jpg

D’ABORD assommés par la décision des pouvoirs publics d’interdire cinq techniques de lyse adipocytaire à visée esthétique ainsi que toutes les techniques à visée lipolytique utilisant des agents physiques externes, les médecins, syndicats, sociétés esthétiques avaient vite réagi en déposant des recours en référé devant le Conseil d’État. Ce dernier leur a donné raison sur la forme en suspendant provisoirement l’exécution de l’ensemble du décret du 11 avril 2001, qui s’appuyait sur un avis de la Haute Autorité de santé, laquelle avait été saisie par la direction générale de la Santé.

Le recours en référé était justifié, selon le jugement du 17 juin du Conseil d’État, en raison des conséquences immédiates du décret, notamment financières, pour les médecins et les entreprises concernés, privés de la possibilité de poursuivre leurs activités, voire, pour ces dernières, menacées dans leur pérennité.

Le décret lui-même est fondé, relève l’instance juridique, sur l’article du code de la santé publique (introduit par la loi HPST) qui subordonne l’interdiction d’actes à visée esthétique à la condition que soit établi un danger grave ou une suspicion de danger grave pour la santé humaine. Le juge des référés a estimé, au vu des documents qui lui ont été fournis, qu’il n’est pas sûr que cette condition soit remplie et qu’un « doute sérieux » plane donc sur la validité du décret. Le jugement évoque notamment l’avis de la HAS de décembre 2010 et l’étude qu’elle contient et qui indique, s’agissant des techniques à visée lipolytique non invasives utilisant des agents physiques externes sans infraction cutanée « qu’aucun effet indésirable grave n’a été relevé avec ces techniques », et que, pour celles qui ont un caractère invasif, « les risques peuvent être liés au produit, au protocole utilisé ou à la technique d’injection » ; et encore que le nombre de cas d’effets indésirables graves est faible. Autre point critiquable, selon le jugement : l’étude ne comporte aucune indication sur certaines techniques comprises dans l’interdiction, comme l’utilisation d’ultrasons non focalisés ou la cryolipolyse.

L’examen sur le fond de l’affaire devrait durer plusieurs mois, probablement 18 mois, selon l’un des avocats des requérants, Me Françoise Fabiani, qui rappelle que la lyse adipocytaire est autorisée dans les autres pays d’Europe et au Canada.

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
DOMINIQUE D Médecin ou Interne 20.06.2011 à 19h21

« La médecine et la dermatologie esthétique étaient touchées par ce décret interdisant toutes les techniques autres que la liposuccion chirurgicale. Situation paradoxale puisque la seule technique "mo Lire la suite

Répondre
 
20.06.2011 à 16h17

« Peut-on considérer que la lyse adipocytaire soit efficace ? Là est le problème. Cette technique est très couteuse et son efficacité non prouvée ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter