Identification de trois gènes impliqués dans la migraine

Identification de trois gènes impliqués dans la migraine

14.06.2011
  • 1308068019263278_IMG_63131_HR.jpg

Récemment, un premier facteur de risque génétique pour la forme commune de la migraine a été mis en évidence sur le chromosome 8. Une équipe internationale, dirigée par les Drs Tobias Kurth (INSERM, Paris) et Robert Zee (Harvard Medical School, Boston), rapporte l’identification de trois gènes dont une variation est associée à un risque accru de migraine au niveau de la population.

Les chercheurs ont réalisé, dans un premier temps, une étude d’association génomique chez plus de 23 000 femmes de la cohorte du Women’s Genome Health Study, dont 5 122 participantes signalaient souffrir de migraines.

Trois variations de type SNP (polymorphisme d’un seul nucléotide) dans les gènes PRDM16 (chromosome 1), TRPM8 (chromosome 2) et LRP1 (chromosome 12) figuraient parmi les plus fortes associations avec la migraine trouvées dans cette analyse. Ces associations ont ensuite été confirmées dans une méta-analyse de trois cohortes de réplication comprenant au total 3 800 migraineux hommes et femmes, et 14 000 témoins.

Le locus du gène LRP1 met en cause de nouveau la voie du glutamate dans la migraine. En effet, il code pour une protéine réceptrice exprimée dans de nombreux tissus dont le cerveau et les vaisseaux. Elle est co-localisée et interagit avec les récepteurs du glutamate sur les neurones. Le locus du gène TRPM8 encode un canal ionique qui participe à la détection du froid et à la douleur induite par le froid ; il est impliqué dans la douleur neuropathique. Le rôle fonctionnel du locus du gène PRDM16 dans la migraine est encore inconnu.

« L’acquisition héréditaire de n’importe lequel de ces variants favorise le risque de migraine d’environ 10 à 15 %. La principale contribution de ce travail est de nous faire avancer la compréhension de la biologie de la migraine. Cependant, les effets génétiques ne sont pas suffisamment importants pour être traduits immédiatement en éléments d’aide au diagnostic, explique au « Quotidien » le Dr Markus Schuerks (Harvard Medical School, Boston). Si les gènes TRPM8 et LRP1 peuvent être liés de façon plausible à la migraine, les études à venir devront, toutefois, préciser le rôle exact de ces trois gènes dans la migraine ».

Nature Genetics, 12 juin 2011, Chasman et coll., DOI: 10.1038/ng.856.

> Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 4

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... Commenter

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter