ONDAM 2011 : le Comité d’alerte rend son avis de printemps

ONDAM 2011 : le Comité d’alerte rend son avis de printemps

30.05.2011
Le Comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance-maladie a rendu ce lundi, comme c’est la règle, son avis sur « le respect de l’objectif national de dépenses d’assurance-maladie » (ONDAM). Avec toutes les précautions d’usage, il estime que cet ONDAM 2011 (fixé à 167,1 milliards d’euros en valeur) devrait être tenu, même s’il existe des « risques de dépassement modéré ».
  • 1306770745259402_IMG_62141_HR.jpg

Dérapage ou tenue de route ? Pour faire sa traditionnelle prévision, le Comité d’alerte se base sur les comptes définitifs de l’Assurance-maladie en 2010 : les dépenses se sont établies à 162 milliards d’euros, rapporte son avis, « soit 0,4 milliard de moins » que prévu par la loi. L’écart entre le prévisionnel et le réalisé est spectaculaire du côté des soins de ville où 280 millions d’euros n’ont « pas été dépensés » l’an dernier. À l’hôpital, le rebasage fait aussi apparaître une « sous-exécution » mais de moindre envergure (70 millions d’euros) et essentiellement sous l’effet d’« annulations de crédits ».

Observant les évolutions de dépenses constatées au début de 2011, le Comité estime que les soins de ville devraient, cette année encore, « tenir » leur sous-ONDAM, peut-être avec un léger dépassement. Une bonne conduite liée à des mécanismes complexes : répercussion de la sous-consommation de 2010 ou inflexion de tendance de certains postes de dépenses… qui pallient, « en sens inverse », la non-réalisation de certains objectifs d’économie (le Comité cite la « mise en œuvre décalée de certaines mesures » ou le « rendement moindre prévu de la maîtrise médicalisée ».

Dans les établissements de santé (hôpitaux et cliniques), le Comité d’alerte estime que « l’activité pourrait à nouveau être plus forte que prévu en 2011, même si l’hypothèse de croissance en volume retenue pour la campagne tarifaire est plus élevée que les années précédentes ». Mais comme l’an dernier également, « les mises en réserve de crédits hospitaliers paraissent toutefois sécuriser la prévision d’un respect de l’objectif ».

> KARINE PIGANEAU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Grippe : l'Ordre réclame la vaccination obligatoire des médecins

bouet voeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) est favorable à une vaccination obligatoire des praticiens contre la grippe, et plus... 89

Bilan en demi-teinte des expérimentations d'alternatives à la PACES

paces

Les alternatives à la première année commune aux études de santé (PACES) expérimentées depuis deux ans dans dix facultés ont entraîné une... 1

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes » Abonné

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes »-1

Candidat à la primaire sous les couleurs de l'Union des démocrates et écologistes (UDE), Jean-Luc Bennahmias veut désengorger les urgences... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter