Médicament, démographie, négos : Bertrand fixe le cap

Médicament, démographie, négos : Bertrand fixe le cap

02.05.2011
  • 1304418100250771_IMG_59994_HR.jpg

Invité lundi matin de l’Association des journalistes de l’information sociale (AJIS), le ministre de la Santé Xavier Bertrand a souhaité que la dernière année du quinquennat Sarkozy soit une période d’action dans le domaine de la santé. La réforme du système du médicament sera « votée et actée dès cette année » (soit sous la forme d’un texte spécifique court soit par un volet intégré au PLFSS) sans oublier beaucoup de « mesures réglementaires ». « Il y aura un avant et un après Mediator », a martelé le ministre évoquant l’autorisation de mise sur le marché, la transparence en matière de conflits d’intérêts, les listes de médicaments sous surveillance ou encore la réduction du nombre d’experts. Quant aux prescriptions hors AMM, le ministre a suggéré non pas de les interdire mais « à l’évidence de les encadrer mieux ». Le ministre a aussi redit que le fonds Mediator serait créé par la loi avant l’été. « Chaque fois qu’il y aura une demande d’indemnisation, on se tournera en premier vers Servier », a-t-il précisé.

Autre chantier : le service « après vote » de la loi Hôpital, Patients, Santé et territoires (HPST). Cette loi, a précisé le ministre, est « nécessaire » et « il n’est pas question de faire marche arrière » même si un certain nombre de dispositions mal perçues concernant la médecine de ville sont révisées par la proposition de loi Fourcade. S’agissant de la liberté d’installation et de la démographie, il s’est employé une nouvelle fois à rassurer le corps médical. « Pour moi, c’est incitation, incitation, incitation. Mais avec le PS, ce serait la fin de la médecine libérale telle qu’on la connaît ». S’agissant des spécialités à risques, il n’a pas garanti que la crise de la RCP trouverait une issue dès la loi Fourcade (en cours d’examen au Parlement). « Je veux une réforme d’ensemble pour les 5 ou 10 ans qui viennent, on n’est pas tout à fait prêt », a-t-il déclaré.

Sur les négociations conventionnelles enfin, actuellement bloquées en raison d’un litige sur la légitimité de la présence des jeunes médecins, le ministre s’est montré confiant et ironique. « Il y a un poil de dramaturgie dans tout ça. Croyez-moi, on va s’en sortir, elles vont avancer ».

CYRILLE DUPUIS
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans un bourg breton, infirmiers, pharmacien, kiné... se mobilisent avec la mairie pour recruter un médecin

Plénée-Jugon

Comme beaucoup de communes françaises, Plénée-Jugon, bourg des Côtes d'Armor de 2 500 âmes, est à la recherche de médecins. La municipalité... 14

Cancer du sein : l'INCa et l'ANSM recommandent d'éviter le docétaxel

inca

Dans le prolongement du courrier qui a été adressé aux oncologues le 15 février 2017 l’agence nationale de sécurité du médicament et des... 1

Un médecin agressé aux urgences de Soissons se fait fracturer une jambe

soissons

Un praticien du centre hospitalier de Soissons a été agressé ce samedi 18 février vers 7 heures aux urgences de l'hôpital, relate le... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter