Bisphénol A, phtalates, parabènes... : une expertise collective de l’INSERM

Bisphénol A, phtalates, parabènes... : une expertise collective de l’INSERM

14.04.2011
  • 1302800312246212_IMG_58817_HR.jpg

Dans quelle mesure l’exposition aux substances chimiques présentes dans l’environnement, et plus particulièrement aux perturbateurs endocriniens, est-elle responsable de l’augmentation des troubles de la reproduction de l’homme, des cancers du testicule, de malformations chez le petit garçon telles que l’hypospadias et la cryptorchidie, ou encore de la progression des cancers hormonodépendants que sont ceux de la prostate et du sein ? Face aux interrogations sur une possible dangerosité de substances chimiques présentes dans des produits de grande consommation, le ministère de la Santé a demandé à l’INSERM d’analyser les données disponibles. Un groupe pluridisciplinaire d’experts (épidémiologistes, toxicologues, chimistes, endocrinologues, biologistes spécialistes de la reproduction, du développement et de la génétique moléculaire) a analysé quelque 1 200 articles portant sur 5 grandes familles de substances : le bisphénol A, les phtalates, les composés polybromés (retardateurs de flamme), les composés perfluorés et les parabènes (utilisés comme conservateurs dans plus de 80 % des produits cosmétiques). Il a remis un rapport dont la synthèse est disponible sur le site de l’INSERM (www.inserm.fr), ainsi qu’un tableau récapitulatif des principales conclusions.

Les indices ne manquent pas quant à de possibles conséquences pour la reproduction humaine. Mais il faut, selon les experts, amplifier la recherche pour lever les incertitudes concernant les effets d’expositions combinées et permanentes aux substances présentes de façon ubiquiste dans l’environnement humain.

Ainsi, si les recherches sur l’animal ne manquent pas, les études épidémiologiques sont encore trop peu nombreuses pour évaluer précisément les risques de ces composés relativement récents.

C’est sans doute sur le bisphénol A qu’on a le plus de données. Elles montrent des effets possibles sur la fonction sexuelle, les caractéristiques spermatiques et les taux d’hormone chez l’homme adulte ; les effets peuvent être transgénérationnels, liés à de faibles doses et révélés à long terme. Sur les phtalates, des effets possibles sont relevés, chez l’homme, sur la distance anogénitale, l’hypospadias, la cryptorchidie (exposition in utero), les caractéristiques spermatiques et les taux hormonaux et, chez la femme, sur la puberté précoce. On dispose de peu d’études sur les retardateurs de flamme et les composés perfluorés (surtout aux doses compatibles avec une exposition) et encore moins sur les parabènes. Et dans ce dernier cas, si une altération de la sensibilité aux œstrogènes est notée, aucun effet n’a pu être mis en évidence à ce jour.

R. C.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 1

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter