La gale en recrudescence en France

La gale en recrudescence en France

11.04.2011
Une étude de l’Institut de veille sanitaire (InVS) conclut en faveur d’une «  augmentation de l’incidence de la gale » dans l’Hexagone, estimée dans une fourchette de 337 à 352 cas pour 100 000 habitants.
  • 1302536325245059_IMG_58527_HR.jpg

Si de nombreux signalements reçus dans certaines directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS) suggèrent une hausse des cas de gale sur notre territoire, difficile de se faire aujourd’hui une idée précise de l’incidence de cette pathologie. Proposant un état des lieux de la gale, l’InVS s’est d’abord heurté à un sérieux écueil méthodologique, dans la mesure où il n’existe pas de surveillance spécifique de la maladie.

« Les cas isolés ou groupés, lorsqu’ils sont limités au contexte familial, sont exceptionnellement signalés à l’autorité sanitaire (DDASS). Les signalements concernent avant tout des cas groupés survenant dans des collectivités », souligne l’InVS, qui a tenté d’en savoir plus en couplant diverses sources de données épidémiologiques issues d’enquêtes régionales et nationales couvrant la période 2005-2009 : signalement d’épisodes de gale aux DDASS, estimations de sujets contacts par cas de gale signalés, part des cas de gale au sein des infections nosocomiales signalées à l’InVS, évolution des ventes ou commandes de produits scabicides répertoriées par l’AFSSAPS. « Les données de consommation médicamenteuse et l’accumulation des autres informations quantitatives et qualitatives recueillies au cours des différentes études sont en faveur d’une augmentation de l’incidence de la gale en France », indique l’InVS. En se fondant sur les ventes de benzoate de benzyle et d’ivermectine, entre 2005 et 2009, l’institut estime le nombre annuel moyen de cas de gale entre 337 et 352 cas pour 100 000 habitants.

Des recommandations.

« Cet état des lieux reposant sur une méthodologie imparfaite, les situations analysées dans ce rapport sont loin d’être exhaustives ou représentatives de l’incidence de la gale en France. (…) La proportion de cas signalés par rapport au nombre réel de cas est difficile à estimer, mais les CIRE (cellules de l’InVS en région) et les DDASS soulignent que ces signalements ne représenteraient qu’une infime partie des cas survenant dans le pays », tempère l’InVS, qui suggère la mise en œuvre d’études complémentaires avec l’ensemble des partenaires impliqués sur le terrain. L’institut émet également plusieurs recommandations : « renforcer la coordination des acteurs impliqués en clarifiant les rôles et responsabilités respectives », « informer et sensibiliser les médecins généralistes, et les inciter à signaler aux services de santé publique les cas pour lesquels ils suspectent des difficultés majeures », « faciliter la réalisation de prescriptions médicales collectives pour la prise en charge d’épidémies », « améliorer la diffusion des documents d’information et des référentiels communs ».

DAVID BILHAUT
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
17.04.2011 à 21h05

« Le problème c'est le diagnostic, effectivement. Parfois, même les dermatologues sont beaucoup plus dirigés vers une urticaire étiquetée comme allergie cutanée alors que c'est une simple gale ! »

Répondre
 
12.04.2011 à 05h11

« Quelques photos prises chez des dermatologistes de gales interdigitale, pénienne, vulvaire, etc. seraient les bienvenues dans un article qui ne se soucie que des difficultés de comptage du nombre de Lire la suite

Répondre
 
11.04.2011 à 20h00

« Exemple récent : patiente fin de grossesse, prurit "généralisé" (en fait, surtout les bras et la taille), bilan à la recherche d'une cholestase gravidique ; au final, diagnostic de gale confirmé par Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... 1

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter