AP-HP : le maire de Paris s’en mêle - Delanoë ne veut pas « laisser brader » le service public de santé

AP-HP : le maire de Paris s’en mêleDelanoë ne veut pas « laisser brader » le service public de santé

05.04.2011
Le maire de Paris a beau avoir perdu l’an dernier, au détour de la loi Bachelot, la présidence de l’AP-HP, il s’est impliqué ces dernières semaines plus fortement qu’il ne l’a jamais fait dans la vie de l’institution. Il explique au « Quotidien » pourquoi le sort de Trousseau, celui de l’Hôtel-Dieu ou de la chirurgie cardiaque d’Henri-Mondor... lui importent tant et défend son « exigence d’une offre de soins publique moderne et de qualité ». La politique de santé, insiste-t-il, ne doit pas être dictée par « des principes exclusivement économiques ».
  • 1302866439241997_IMG_57919_HR.jpg
LE QUOTIDIEN – Vous avez adressé deux courriers récents à Mireille Faugère et Claude Évin. Pourquoi montez-vous au créneau au sujet de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), un dossier sur lequel vous êtes rarement en première ligne ?

BERTRAND DELANOË – Tout d’abord laissez-moi préciser que ce n’est pas la première fois que je monte au créneau et lorsque j’...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
FILLON

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'élection présidentielle détaille sa contre-attaque sur le terrain de la santé. Il reproche au gouvernement d'avoir voulu imposer aux médecins le tiers payant – dont il supprimera, s'il est élu, le caractère obligatoire. Entretien. 13

Les décotes tarifaires unilatérales ne passent pasLes radiologues prêts au bras de fer avec la CNAM Abonné

radiologue

Furieux de l'entrée en vigueur de nouvelles baisses de tarifs et des forfaits techniques imposées par l'assurance-maladie, les radiologues... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

À 87 ans, une généraliste charentaise voit toujours dix patients par jour

mamy

Michel (62 ans) prendra sa retraite avant sa mère Micheline. « J'entends souvent la blague », s'amuse le Dr Micheline Foucry, médecin de... 22

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter