Radioprotection : trop de scanners prescrits en France ?

Radioprotection : trop de scanners prescrits en France ?

30.03.2011
Alors que les regards sont tournés vers le Japon et l’inquiétude centrée sur les retombées radioactives de l’accident de Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire jette un pavé dans la mare en attirant l’attention sur l’augmentation des doses reçues par les patients lors des examens d’imagerie.
  • 1301503239241423_IMG_57771_HR.jpg

LA PROGRESSION a été de 50 % entre 2002 et 2007, a indiqué Jean-Christophe Niel, directeur général de l’ASN, en présentant au Parlement le rapport sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2010. C’est « un souci majeur si l’on veut éviter qu’à terme nous nous trouvions devant une croissance des doses inadmissibles », a renchéri le président de l’ASN, André-Claude Lacoste.

M. Lacoste estime que, lorsque le choix est possible, le scanner est trop souvent préféré à l’IRM. Or, un scanner corps entier peut délivrer en une seule fois 20 millisieverts (mSv), dose qui correspond au maximum autorisé pour un an pour un salarié travaillant dans le secteur nucléaire. « Un de nos soucis, a insisté le président de l’ASN, est d’obtenir un rééquilibrage du parc français entre scanners et IRM. »« Ce n’est pas seulement un problème technique, c’est également un problème d’image, a-t-il ajouté : clairement, il est actuellement plus glorieux d’inaugurer la mise en fonctionnement d’un scanner que d’un équipement d’IRM. » L’ASN a fait des recommandations au ministère de la Santé. « Mais, dit Claude-André Lacoste, nous sommes face à un problème qui concerne une multitude d’acteurs. Les responsables finaux de la prescription des actes sont les médecins, extrêmement nombreux. Il est hors de question d’agir par voie autoritaire. »

L’an dernier, chaque Français a reçu en moyenne 3,7 mSv de radiations, dont 1,3 provenant d’examens ou de traitements médicaux, 1 mSv provenant de la radioactivité naturelle et 1,4 mSv du radon, un gaz radioactif présent dans certaines doses. Les autres sources d’exposition à la radioactivité artificielle (anciens essais nucléaires aériens, accident de Tchernobyl, rejets des installations nucléaires) représentent 0,03 mSv.

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
30.03.2011 à 20h14

« Justement, il faudrait plus d'IRM... Ratio faible en France par rapport aux pays voisins. D'où ces délais allongés pour une IRM. Ce d'autant que les plages horaires de fonctionnement sont trop restr Lire la suite

Répondre
 
30.03.2011 à 18h31

« Totalement stupide et affligeant. Il faut 10 jours de délai pour un scanner et plus d'un mois 1/2 pour une IRM dans la région nantaise. Cette personne est manifestement totalement sans aucune connai Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter