Prise en charge de l’IVG à Strasbourg - Le choix, (presque) jusqu’au bout

Prise en charge de l’IVG à StrasbourgLe choix, (presque) jusqu’au bout

08.03.2011
Dans les services de gynécologie-obstétrique du Pr Israël Nisand, au centre médico-chirurgical et obstétrical et à l’hôpital universitaire de Hautepierre, à Strasbourg, les femmes ont la possibilité d’avorter jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée, conformément à la loi Aubry de 2001 mais à la différence de nombreux établissements réticents à intervenir au-delà des anciennes 12 semaines. Surtout, elles peuvent choisir l’IVG médicamenteuse au-delà de 9 semaines. Une exception.

« PERSONNE ne peut aujourd’hui toucher au droit à l’IVG, mais à sa qualité, si. » À la tête de deux services d’obstétrique, où naissent 6 500 bébés par an, Israël Nisand place toute son exigence dans la qualité des soins apportés aux femmes qui avortent. Malgré les avancés théoriques de la loi Aubry du 4 juillet 2001, qui porte de 10 à 12 semaines...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cellules, ADN, exosomes, des indices dans le sang à exploiterComment le matériel tumoral circulant peut révolutionner le cancer Abonné

cancer

La détection du matériel tumoral circulant ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure prise en charge des cancers, plus précoce,... Commenter

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Un conflit médical dégénère et jette le discrédit sur un service de dermatologieAccusations publiques, harcèlement : le CHU de Besançon dans la tourmente Abonné

besancon

Ancien chef de service de dermatologie au CHU de Besançon, le Pr Philippe Humbert a dénoncé des maltraitances présumées envers d'anciens... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter