Aspartame : aucune preuve d’un danger pour la santé, selon l’EFSA

Aspartame : aucune preuve d’un danger pour la santé, selon l’EFSA

28.02.2011
Les conclusions du panel d’experts réunis ce lundi par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) confirment les premiers éléments de l’évaluation conduite en France par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) : l’aspartame est sans danger pour la santé. Ni le potentiel carcinogène ni le risque d’accouchement prématuré ne sont démontrés.
  • 1298908971231582_IMG_55172_HR.jpg

L’AUTORITÉ européenne de sécurité des aliments (EFSA) devait, à la demande de la Commission européenne et en collaboration avec l’ANSES, se prononcer sur les deux études qui avaient récemment mis en doute l’innocuité de l’aspartame. La première, réalisée par le Dr Soffritti et coll., concluait à la cancérogénicité de l’aspartame capable d’induire des cancers du foie et du poumon chez des souris mâles ; la seconde, conduite par Halldorsson et coll. chez 59 334 femmes enceintes, mettait en évidence une association entre la consommation de boissons gazeuses contenant des édulcorants et l’augmentation du risque d’accouchement prématuré. Dans les deux cas, les experts ont estimé qu’il n’y avait pas d’éléments susceptibles de remettre en cause les précédentes évaluations qui avaient conclu à la sécurité d’emploi de l’aspartame et des autres édulcorants autorisés en Europe.

Des résultats discutables et discutés.

« Les résultats de l’étude Soffritti (sur le potentiel carcinogène) ne fournissent pas suffisamment de preuves scientifiques qui justifieraient de revoir les évaluations précédentes de l’EFSA relatives à l’aspartame », précise l’EFSA. Les experts indiquent notamment qu’il est connu que l’incidence des tumeurs hépatiques et pulmonaires spontanées est élevée chez les souris suisses utilisées dans l’étude ; en outre, la survenue chez les souris de tumeurs hépatiques induites par des substances non génotoxiques comme l’aspartame, n’est généralement pas pertinente pour évaluer le risque chez l’homme.

À propos des résultats d’Halldorsson et coll., les experts soulignent la qualité de l’étude et concluent, en accord avec les auteurs eux-mêmes, que l’association mise en évidence ne concerne que le lien entre la consommation quotidienne de boissons non alcoolisées contenant des édulcorants et l’accouchement prématuré, ce qui ne préjuge en rien d’un lien de causalité entre consommation d’aspartame et accouchement prématuré. Des études complémentaires sont nécessaires.

Par ailleurs, l’AFSE précise que le risque était augmenté dans le cas d’accouchements provoqués sur décision médicale plutôt que spontanés. Là aussi, des travaux supplémentaires devraient tenir compte d’éventuelles variables confondantes et devraient en particulier explorer les raisons qui conduisent à une telle décision médicale.

L’Autorité européenne affirme qu’elle continuera « de suivre attentivement les publications scientifiques dans ce domaine afin d’identifier tout élément de preuve qui indiquerait un risque éventuel pour la santé humaine ou qui serait susceptible d’affecter, d’une manière ou d’une autre, les résultats des évaluations de la sécurité des édulcorants ». La dose journalière acceptable de 40 mg/kg de poids corporel est maintenue.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
03.03.2011 à 02h17

« C'est Monsanto qui va être content. On peut être sûr que le lobbying a été bien fait... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

C à 25 euros : les médecins de Romillé encourent 6 mois de non-prise en charge de leurs cotisations sociales

Romillé

Quatre médecins contestataires de Romillé (Ille-et-Vilaine), qui cotent le C à 25 euros depuis février 2016, ont été entendus hier... 25

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter