Le ticket modérateur s’offre un lifting à l’hôpital

Le ticket modérateur s’offre un lifting à l’hôpital

23.02.2011
  • 1298479242230410_IMG_54845_HR.jpg

La mesure était inscrite dans la dernière loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS 2011), elle trouve ce mercredi une traduction au « Journal officiel » où un décret révise les conditions de la prise en charge à 100 % des actes médicaux onéreux dispensés à l’hôpital ou en clinique.

Désormais, cette prise en charge, après acquittement d’un forfait de 18 euros, interviendra pour des actes d’un montant minimum de 120 euros et non plus de 91 euros. « Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la maîtrise de l’objectif national des dépenses d’assurance-maladie [ONDAM] pour 2011 », précise le décret.

Jusqu’ici, quand l’acte était inférieur à 91 euros, l’assurance-maladie remboursait 80 % du montant et laissait 20 % à la charge de l’assuré (ou de sa complémentaire santé). Au-dessus de 91 euros la Sécu remboursait à 100 % mais après avoir déduit un forfait de 18 euros. Dorénavant, le seuil d’application de ce remboursement, avec un forfait inchangé, passe à 120 euros, ce qui va augmenter la participation de l’assuré social.

Ainsi par exemple, pour un acte de 100 euros, l’assuré ou sa mutuelle ne payaient jusqu’ici que le forfait de 18 euros. Avec le relèvement du seuil, le reste à charge sera de 20 euros.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 17

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 12

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter